Le BIFFF à mi-parcours : « Chéri, fais-moi peur! »

DSC04874

C’est bien connu: les visiteurs du BIFFF aiment (se) faire peur. Et cette année, ça commence très vite.

Dès l’entrée, des files à faire pâlir le plus flegmatique des zombies, tout ça à cause de deux mecs qui demandent aux cinéphiles de se désaper. Et plus vite que ça. On dit bonjouuuur au service de sécurité, détecteurs de métaux dans une main, mine patibulaire de rigueur dans l’autre qui nous arrête juste le temps de se demander avec quelle rapidité une maladie infectieuse se répandrait dans un tel attroupement. La femme devant moi balance ses longues dreads rouges dans son dos pendant que le mec derrière moi réfléchit trois minutes quand on lui demande s’il porte des objets tranchants sur lui. C’est long quand même, trois minutes.

DSC04872

C’est que le festival a l’habitude de brasser du beau monde, voilà d’ailleurs Noël Godin qui se détend au bar sans son arme préférée, à savoir des grosses tartes à la crème qu’il balance sur tous ceux qui le font chier. Nous, on a toujours adoré l’idée. Peut-être venait-il voir comme nous le film de zombie programmé ce soir-là, le tout en danois s’ilvouplaitbien, qui a fait monter l’ambiance dans la salle en même temps que la tension. On a bien failli beugler « C’est Molenbeek« , mais on s’est dit que c’était un peu trop tôt, quand le quartier en quarantaine dans le film se remplit d’une bande de joyeux militaires plus effrayants et plus dangereux que les infectés eux-mêmes.

Le lendemain, on a reçu des conseils avisé du mec à la caisse. Tout est parti du fait qu’on arrivait pas à prononcer le titre du film de samedi, (Extinction, répétez après moi), du coup il s’est embarqué dans une critique plutôt longue de la série The Extend… et de chacun des personnages. Rien à voir si ce n’est la première syllabe mais on a pas osé le couper et on a failli arriver en retard à notre film, mais on a gagné une série dans notre liste des trucs « à regarder plus tard ».

Si le mot d’ordre du BIFFF cette année est « continuons à rire ensemble » (ou un truc du genre, on n’a pas bien écouté à la conférence de presse parce qu’il y avait de la bière), il y a encore du travail ! Haha. Ha.

Ha.

 Camille Wernaers

Les moments forts encore à venir

 

-> Blacktrack – Jeudi 7 avril

Adrien Brody, Sam Neil (oui oui celui de Jurassic Park) et des fantômes. Pas d’autres arguments.

 

-> Samedi 9 - Zombifff parade

Dans le cadre du Zombifff Day, une journée consacrée à nos amis les zombies, l’incontournable parade lors d’une manif boyaux à l’air. Chouette ! L’occasion d’occuper l’espace public mais en faisant tout autre chose.

RDV au parc royal dès 11h pour se faire maquiller.

Notre critique de « I am Hero » projeté dans le cadre du Zombifff Day

 

-> Samedi 9 avril – La Nuit fantastique

4 films, une nuit, un petit-déjeuner

Notre critique de « Hardcore Henry » projeté lors de l’événement

 

-> The Invitation – dimanche 10 avril 

Parce que c’est le film de clôture du festival.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>