The Hateful Eight

hateful-eight

Tarantino revient avec son huitième film. Le célèbre réalisateur y mêle ses thématiques préférées mais pourrait commencer à tourner en rond. Trop d’hommages tue l’hommage? Sortez la fourrure de trappeur et le six-coups, direction le Wyoming en compagnie de huit salopards.

Juste après la fin de la guerre de Sécession, un mystérieux nordiste afro-américain arrête une diligence. A son bord, un chasseur de prime emmène une dangereuse femme au gibet. Les quatre personnages (il ne faudrait pas oublier le cocher) tombent plus tard sur le futur shérif de leur destination… une ville impossible à joindre à cause du blizzard qui approche. Une halte à l’auberge de Minnie s’impose, avec l’impossibilité de quitter les lieux pendant un moment. Seul problème: les lieux ne sont pas inoccupés et Minnie a disparue… Une seule chose est certaine: tout le monde ne sortira pas vivant de cette nuit d’isolation.

On retrouve donc un western, style qui transpirait déjà dans plusieurs films du réalisateur avant d’aboutir à une revisite de Django. Mais les vastes plaines sous le soleil couchant laissent place à une cabane enneigée qui donne un charme particulier et place une ambiance rappelant Fargo. Surtout que la mort et l’absurde dansent aussi en duo, avec des dialogues délicieux comme seul Tarantino sait en pondre. Le casting, toujours aussi réussi, mêle un Samuel L. Jackson en grande forme, ainsi que d’autres têtes connues comme Kurt Russel, Tim Roth et une impeccable Jennifer Jason Leigh. Côté musique, on retrouve un certain maître du genre: Ennio Morricone.

Si ces différents noms vous font frémir d’envie, le film vous plaira. Il passe relativement vite, malgré ses 166 minutes et quelques apparentes longueurs nécessaires pour placer l’ambiance et les personnages. Malgré cela, on ne peut s’empêcher de se demander si Tarantino saura se ré-inventer dans le futur. La soupe actuellement servie, avec son zeste de Pulp Fiction, Reservoir Dogs et Django Unchained, marche à merveille en tout cas.

Sortie dans nos salles ce 6 janvier 2016.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>