The Lobster: interview de Colin Farrell

lobster

Le jeu des acteurs du film est assez neutre, ce qui contraste assez avec ce que les acteurs font généralement. Comment avez-vous géré cet aspect ?

Il n’y avait pas beaucoup de concertations. Je ne me rappelle pas que Yorgos ait fait des discours où il nous demandait d’être neutres, de parler d’un ton monotone. On n’en parlait pas non plus entre nous. Je pense que, pour moi, le fait d’avoir vu Canine quelques années auparavant a été déterminant. J’étais confus et perturbé quand j’ai découvert qu’il y avait une espèce de sourdine émotionnelle dans toutes les performances d’acteurs. Je me souviens à quel point ça m’a affecté, et je pense que les autres acteurs l’avaient également été, donc il y a eu une espèce d’entendement à propos de la sensibilité du monde en tant que personnes humaines dans l’univers de Yorgos. C’était donc parfaitement logique pour moi parce que le scénario est tellement inhabituel, particulier, extrême que si les rôles avaient été interprétés de manière naturelle, le film aurait perdu de sa magie. Cette chose si belle qu’est le film aurait été ternie par le côté commun et figé d’une telle interprétation. Parce que j’avais déjà de l’expérience en la matière, je suis vite rentré dans mon personnage et c’était libérateur. Ne rien faire est libérateur. Juste être présent, regarder autour de soi.

La suite de l’interview chez notre partenaire, en suivant ce lien!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>