Jurassic World

dino

Vous en aviez (secrètement) rêvé, il arrive enfin! Jurassic World, le 4ème volet des aventures du célèbre parc d’attraction aux dinos débarque, après 15 ans d’attente. Steven Spielberg produit, cela va de soi. Le choix du réalisateur a, lui, surpris : Colin Trevorrow, un inconnu avec un seul long-métrage (Safety Not Guaranteed) pour carte de visite. Pression, pression. D’autant plus que les fans découvriront le parc opérationnel, pour la première fois. Les trois précédents volets se déroulaient juste avant l’ouverture, ou sur des îles voisines. Côté casting, on apporte du sang neuf également, exit Sam Neill et Laura Dern. Cette fois, c’est Chris Pratt et Bryce Dallas Howard (non, ce n’est pas Jessica Chastain) qui endossent les rôles principaux. Le premier en dresseur de raptors, la seconde en scientifique à l’origine de l’Indominus Rex, une sale bête hybride, mélange top secret entre un T-Rex et autres reptiles. L’animal, rusé, s’échappe et sème la terreur dans le parc. Le pitch est facilement résumé, on ne va pas vous faire attendre plus longtemps pour vous dire ce que vaut le film le plus attendu de l’année (ex-aequo avec Mad Max et Star Wars).

Nostalgie… Que les fans se rassurent, il s’agit d’un retour aux sources dans les règles de l’art. D’accord, les jeeps sont troquées contre des gyrosphères, qui permettent de se promener librement au milieu des stégosaures et leurs cousins, maintenant numériques, mais l’esprit du film culte est respecté. On reprend le fameux thème musical, les dinosaures deviennent hors de contrôle, et le T-Rex fait une apparition remarquée. On peut leur reprocher un manque d’audace. Ils sont pourtant parvenus à y introduire une petite dose d’auto-dérision. La folie des hommes à la recherche de toujours plus de sensations, toujours plus grand, toujours plus effrayant, sous-tend la démonstration d’effets spéciaux. Bonne idée! Ça casse un peu le sérieux de l’histoire. Les raptors sont toujours aussi effrayants, même s’ils semblent plus ou moins dressés. Comme au bon vieux temps, on vous dit.

Malgré le manque de prise de risque, le film fonctionne très bien et remplit le cahier des charges du divertissement tout public. De l’action, des dinosaures plus vrais que nature et des héros badass, ils sont forts, ces américains, pour donner vie à des histoires incroyables. Une suite serait d’ailleurs déjà en préparation. Là, on est plus sceptiques quand à la capacité d’innovation. We’ll see…

Sortie dans nos salles ce 10 juin 2015.

Elise Lenaerts

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>