Hard day: une journée en enfer

hard day

Nous ne pouvions terminer cette édition 2015 du BIFFF sans regarder un thriller coréen. Après la grosse bataille navale de Roaring currents, nous avons lorgné du côté des bonnes productions qui sentent le City of violence ou le Pieta. Le pitch et le trailer de l’heureux élu nous ont convaincu, allons donc voir A hard day. Surtout que l’équipe du film est présente au festival et qu’il a fait sensation l’année passée à la quinzaine des réalisateurs de Cannes.

Gun-Su, officier de police et père célibataire, s’apprête à enterrer sa mère. Mais sa journée de merde ne fait que commencer puisqu’il écrase par mégarde un passant. Vont alors s’enchaîner les événements qui vont conduire notre anti-héros à affronter un mystérieux maître-chanteur témoin de l’accident. Cette idée simple se traduit par un enchaînement savoureux de quiproquos, de situations improbables et d’humour. Deux questions restent en suspens tout le long de l’histoire: va-t-il s’en sortir? Et surtout, au vu de la situation, comment? Avec quelques idées géniales, un rythme sans temps morts sauf sur la fin, et des traits d’humour noir, le film devient carrément génial après quelques bières.

Le cinéma coréen prouve encore qu’il sait maîtriser les codes bien connus, livrer des thrillers de qualité et surprendre. Ce film ne fait pas exception et peut vous convaincre de plonger la tête la première dans un univers qui gagnerait à être plus connu chez nous.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>