When animals dream

when_animals-thumb-630xauto-45689

Ha le Danemark, ces magnifiques fjords et paysages, sa météo peu clémente, ses usines de poisson… Bon d’accord, on ne vend pas forcément du rêve et on pourrait provoquer l’ennui, un peu comme ce film de Jonas Alexander Arnby (qui a bossé sur le plateau de Dancer in the dark). Comme Morse, un film suédois avec une vampire, l’histoire retrace l’adolescence d’une jeune femme (Sonia Suhl), victime d’une étrange maladie proche de la lycanthropie mais aussi victime des autres. De ses parents trop passifs (on remarquera Lars Mikkelsen, qui ressemble à son frère plus connu), de son village complètement mort, de son travail abrutissant à l’usine et de certains collègues trop bourrins.

Vous l’avez deviné, surtout si vous êtes habitués des films nordiques: l’ambiance est glaciale, terne, lente et sombre. Parfois séduisante, cette ambiance ne captive malheureusement pas forcément dans cette histoire, où certains choix esthétiques sont franchement douteux. Malgré ça, on s’attache un peu à la jeune Marie et à son entourage. Le réalisateur évoque une sorte de quête initiatique, voulant aborder le passage à l’âge adulte. Mais on ne la retrouvera pas pendant les 84 minutes que dure le long-métrage. Retenons surtout le talent de la jeune Suhl, vraiment convaincante dans son rôle, qui lui ouvrira d’autres portes (on l’espère).

Actuellement dans les petits cinémas (Aventure par exemple).

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>