Tolérance zéro pour le cannabis: la suédoise n’aime pas les fumeurs

cannabis

Fumer un bon joint assoupi sur les pelouses du bois de la Cambre en plein été en toute insouciance et impunité, c’est fini ! Le gouvernement « kamikaze » a décidé de mener une politique répressive en matière de cannabis. Les fumeurs de chanvre devront être plus vigilants. Que risquent-ils s’ils se font attraper ? Une amende de 75 euros pour simple possession d’herbe. La touche NV-A est bien perceptible dans cette mesure. En effet, le maïeur d’Anvers applique cette méthode répressive dans son fief depuis 2013. Il fait mauvaise route. En France, on constate plus de répression… et de fumeurs (entre 2000 et 2005, la part de consommateurs réguliers (plus de dix fois par mois) est passée de 3,8 à 5,9% de la population française et ce, malgré une politique toujours plus répressive).

En Angleterre, on constate l’inverse : moins de répression… et de fumeurs (le nombre de fumeurs de cannabis déclarés aurait sensiblement diminué depuis 2004, date de l’entrée en vigueur de la dépénalisation : selon le British Crime Survey, 10% des personnes âgées de 16 à 59 ans ont déjà consommé un stupéfiant ; soit le plus bas niveau depuis le démarrage de cette enquête, en 1996. Cette baisse s’explique largement par la baisse de la consommation de cannabis depuis 2003/2004). Mais rien n’y fait: Bart De Wever veut à tout prix généraliser cette mesure à l’ensemble du territoire belge. C’est à se demander si Anvers n’est pas son laboratoire politique et les Anversois, ses cobayes. A ce qu’il paraît, le cana, ça rend con et borné. Force est de constater que certains n’ont pas besoin d’en consommer pour l’être.

Maggie De Block, fraîchement nommée ministre de la Santé, prône quant à elle une offre régulée de cannabis produit par des asbl. Cette sortie a mis Bart De Wever en pétard. Et la ministre a été priée de s’en tenir à l’accord de gouvernement. Le cannabis est illégal en Belgique, certes. Mais il serait bien de rappeler à BDW que depuis 2003, la loi tolère la détention de maximum trois grammes d’herbes par des personnes majeures. Ce « sacro-saint » accord de majorité prime-t-il sur la loi ? Maggie De Block est médecin de formation. Elle et les institutions d’aides aux toxicomanes ainsi que les centres de prévention en matière de consommation de drogue confirment l’inefficacité des politiques trop répressives en la matière. Paroles d’experts et de gens de terrain ! Entre Maggie, ministre et BDW, président de parti, on devrait plutôt écouter Maggie. Cette lutte de pouvoir est très étrange et en dit long sur qui domine le pays.

Le meilleur dans l’histoire, c’est qu’à Anvers, des fumeurs solidaires dans la galère après la fermeture des coffee-shops néerlandais ont fondé un Cannabis Social Club. Des assoc’ de ce genre, il y en a notamment à Namur, à Hasselt et à Liège. Et c’est cela que Maggie De Block défend.

Aux Etats-Unis, le cannabis à usage médical et/ou à usage récréatif est autorisé dans 14 états. L’impact de la légalisation de la marijuana dans l’Etat du Colorado est positif pour l’économie et sur les taux de criminalité : 19 millions de dollars de recettes liées à la vente de marijuana à des fins récréatives. A cela s’ajoutent 134 millions de recettes liées aux taxes sur ce produit selon les projections. Les cambriolages avec violences ont diminué de 10,6%, les homicides de moitié et les vols de véhicules d’un tiers. En Uruguay, la production et la consommation de cannabis est contrôlée par l’Etat qui a fixé le prix du gramme à 0,75 euros. Ces pays l’ont compris, cette politique de tolérance et d’encadrement relance l’économie et coupe l’herbe sous le pied des narcotrafiquants.

En Belgique, le débat a été relancé. Début 2014, toutes les jeunesses politiques du pays à l’exception de celles du cdH, du CD&V et de la NV-A ont co-signé une carte blanche demandant la dépénalisation. Interviewée sur un plateau télé, la présidente des Jeunes MR s’est montrée favorable à la « fumée bleue » ! Et pourtant, ce gouvernement fédéral qui est (censé être) dirigé par un premier ministre issu du même parti veut appliquer la tolérance zéro. Charles Michel ne serait-il pas sous influence de… Bart De Wever ? Qu’il le veuille ou non, ce gouvernement ne pourra pas échapper au débat sur le cannabis. L’idéal serait de ne plus considérer le fumeur de cannabis comme un délinquant. Mais plutôt de considérer le consommateur occasionnel comme tel et le consommateur régulier comme une personne à prendre en charge.

Adrien Festraets

3 Comments

  1. Ren

    14 novembre 2014 at 12:33

    Bonsoir,

    Très bon article.
    Maintenant faudrait-il se poser la question de ce que peut représenter la prise en charge des « fumeurs réguliers », sur divers aspects (santé, économique, …), pour un pays/une région/un état.

    Question pratique : Où allez-vous chercher vos chiffres sur l’impact de la légalisation dans le Colorado? D’une institution américaine ou d’articles traitant du sujet ?

    Cordialement.

  2. LaPige.be

    15 novembre 2014 at 5:56

    Bonsoir,
    L’impact sur l’économie et la santé semblent très positifs. Le Portugal a par exemple récemment dépénaliser TOUTES les drogues, en réinvestissant dans des centres de cure gratuits et la prévention. Les chiffres actuels parleraient d’une chute très forte de l’usage de drogues dures dans le pays. Cet impact est similaire dans les Etats des USA, comme le Colorado, où la criminalité est en chute forte et les gains pour l’Etat plutôt élevés. Les chiffres du Colorado proviennent des médias locaux.

  3. Page de suie

    31 mars 2015 at 10:00

    Qu’en est-il réellement, une fois passé ces effets d’annonce?

    Hé ben, RIEN, dans l’état actuel de la législation ne permet de vous empêcher de cultiver un plant de cannabis! La possession de trois grammes et d’un plant par personne majeure est toujours d’application via la circulaire de 2005..!

    Voir :Quid de la législation cannabis en Belgique..? sur Page de suie

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>