Des memes pour sauver les arbres de La Plaine

10606102_10152214587357245_4157357334489649977_n

La Plaine, ses arbres majestueux, sa fac de géographie et… la Jefke bien sûr ! Ce campus assez particulier à Bruxelles, notamment en raison de ses nombreux espaces verts, risque bien de changer radicalement de visage.  Un projet immobilier entend raser les arbres d’une grosse parcelle pour y construire des logements de luxe. Un projet dénoncé depuis des années, notamment par le Comité « Sauvez La Plaine », qui sort du bois cette semaine, alors que l’abattage des arbres peut commencer à tout moment. Le deuxième des trois permis nécessaires au promoteur pour entamer la construction vient d’être délivré par la commune d’Ixelles.

Le Comité lance un concours de memes, ces images récurrentes qui circulent sur internet, des images souvent très drôles, parfois très tristes. « Cela fait maintenant longtemps que nous nous sommes constitué pour dénoncer ce projet immobilier. Le Comité comprend des étudiants déjà membres d’autres organisations ou non ainsi que des habitants d’Ixelles. Nous recevons aussi de l’aide de Comac-ulb, le mouvement de jeunes du PTB« , explique Alicia Schmidt, membre du Comité. « Les memes sont un outil pour sensibiliser un maximum de monde sur ce qui se passe à la Plaine et en impliquant les gens qui peuvent eux-même laisser parler leur imagination pour dénoncer ce projet. C’est une manière ludique et amusante de montrer l’absurdité ce projet immobilier.« 

A votre imagination !  La galerie complète des memes déjà créés. Un hashtag a lui aussi été lancé  : #SauverLaPlaine

10614366_10152633263934347_6580752674967043354_n

Rétroactes

Le site de la Plaine a été vendu en 2006 à Immobel par l’ULB pour la somme de 50 millions d’euros. Pourquoi? L’ULB n’a pas assez d’argent, et est donc obligée de vendre ses terrains. Un projet immobilier voit très vite le jour. Et est très vite dénoncé.

« Nous dénonçons ce projet qui est un non-sens écologique et social. Écologique d’abord car ce projet va détruire un site qui représente pourtant un rôle important pour l’écologie. D’une part, le site est un refuge pour une importante biodiversité, dont des espèces menacées. D’autre part, il s’agit du plus grand espace vert d’Ixelles qui assume la fonction de poumon vert, cruciale pour maintenir une relative qualité de l’air.

Social ensuite car ce projet va à l’encontre des besoins sociaux du quartier. Il manque de logements abordables à Ixelles, comme partout à Bruxelles, et également de kots étudiants mais ce sont pourtant des logements de luxe qui vont y être construits sur un campus universitaire. », poursuit-elle.  « L’absurdité est poussée jusqu’à son comble quand on sait qu’un petit parc va être construit sur l’actuel…parking. Détruire le plus grand espace vert d’Ixelles tout en transformant un parking en petit parc, c’est au moins la preuve qu’Immobel a le sens de l’humour.

« La commune a son mot à dire »

« La commune a pourtant son mot à dire car si Immobel est le propriétaire légal de ces espaces, il ne peut pas faire ce qu’il veut! Il doit respecter le Plan Régional d’Affectation du Sol (PRAS). C’est via ce dernier que la région fixe le type d’utilisation des parcelles. Or, celle de la Plaine est considérée comme une « zone d’intérêt collectif ». La commune d’Ixelles pourrait donc refuser le projet et exiger une sérieuse remise en question du projet initial. Il n’en est rien, malgré les interpellations et les actions du Comité « Sauver la Plaine ». C’est juste une question de choix politique. »

« Lorsque les travaux commenceront, nous espérons pouvoir mobiliser assez de monde à venir sur la Plaine afin d’empêcher les travaux et pousser la commune à réagir. Nous avons également, depuis 1 an, lancé une pétition et fait deux interpellations communales mais la commune fait la sourde oreille. Récemment, nous avons aussi introduit un recours devant le Conseil d’État avant de déposer une demande de suspension quand le chantier aura débuté.« , termine-t-elle.

« Je ne sais pas dans quel monde vivent les étudiants »

Pointée du doigt, la commune et notamment Nathalie Gilson, l’échevine à l’urbanisme et à l’environnement (MR) se défendent. « On ne fait pas la sourde oreille. La commune a le rôle d’arbitre dans cette histoire. Quand l’État belge a vendu ses terrains à l’ULB en pleine propriété, et c’est une erreur historique, il a perdu le droit de décider ce qu’il se passait avec ces terrains. L’ULB a vendu ces mêmes terrains et il n’y a aucune base légale pour s’opposer à ce projet immobilier, ou pour en faire uniquement des logements étudiants ou sociaux », explique-t-elle. « Je ne sais pas dans quel monde vivent les étudiants. »

Et de poursuivre : « Nous avons déjà sensiblement modifié le projet, car nous y avons inclus un home, des logements étudiants et fait en sorte qu’un parc de deux hectares soit installé. Il faut savoir qu’initialement, ce n’était que des immeubles partout ! Nous avons fait le maximum. Il faut savoir que si on fait un recours au Conseil d’Etat, vu qu’aucune base légale ne s’oppose au projet, il est possible qu’un permis soit délivré pour le projet initial, sans le parc par exemple ! « 

Outre les memes, d’autres actions sont envisagées: des étudiants sont prêts à s’accrocher aux arbres pour empêcher le chantier.

Ce mardi, à 18h30, une Assemblée est organisée à la Plaine (local à préciser).

 

 

 

Campus de la Plaine : un espace naturel à protéger

Bras-de-fer à la Plaine: construire ou sauvegarder?

Je m’attacherai aux arbres de la Plaine

>>>Leur page Facebook

>>>Le Comité Sauvez la Plaine

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>