La BD de juin : « Punk Rock Jesus », l’enfer est à vos portes

Punk-Rock-Jesus1

La Pige a découvert en ce beau moi de juin une BD pas comme les autres, au scénario pour le moins surprenant:  une émission de télé-réalité parvient à créer le clone de Jésus à partir du Saint-Suaire, et décide de faire de sa vie un feuilleton lucratif.  Il sera élevé toute sa vie dans un manoir sur-protégé,une sorte de Truman Show mais encore plus oppressant. Car tout le monde lui veut quelque chose et ses gardes du corps ont fort à faire, avec l’agression répétée de milices d’auto-défense chrétiennes d’ Amerloc’ complètement allumés qui estiment que ce clone est un « imposteur ».

C’est dans cet environnement, parfaitement sain, qu’il grandit. Sans vous spoiler l’histoire, il est clair que l’adolescent qu’il devient va se rebeller, et notamment rentrer dans un groupe de punk, ce qui embête quelque peu la production de l’émission, qui espérait garder sa pompe à fric sous contrôle…

punk-rock-jesus

Hier et demain
La finesse narrative de cette bande-dessinée se trouve dans l’angle. L’histoire est en effet vue selon un autre narrateur: le chef de la sécurité, pas le clone. Or, ce chef de la sécurité est un personnage complexe, fouillé, et en définitive le véritable héros de cette histoire. C’est un ancien de l’IRA, l’armée républicaine irlandaise, qui a grandit à Belfast, en Irlande de nord, et qui a donc toujours été baigné dans la guerre de religion. Emprisonné pour terrorisme, c’est la production de l’émission qui paie sa caution afin qu’il serve de garde du corps (bien pensé, bravo les gars).

C’est un magnifique prétexte évidement pour parler de ce conflit, d’entre-couper l’histoire de flash-back afin de montrer que hier, la religion a conduit à des situations de conflits extrêmes, et que le futur ne sera pas plus brillant, et attisé par les médias. Le fanatisme, on aurait presque tendance à l’oublier, est chrétien également. On n’en est donc pas « sorti ».

Mais qui était Jésus?
L’histoire va aussi revenir sur Jésus: qui était-il? Certainement pas un blanc blond aux yeux bleus come on aime le dépeindre en Occident pour commencer. Un rebelle également: le Jésus du Nouveau Testament s’est rebellé contre les normes sociales de sont époques, contre les Romains. Comment croire que un Jésus moderne ne se rebellerait-pas contre le catholicisme par exemple?

On pense bien-sûr au récit du Grand Inquisiteur, une partie du livre Les frères Karamazov de Dostoïevski. Dans ce récit Dostoïevski imaginait déjà Jésus revenant sur terre au temps de l’Inquisition espagnole, et pourquoi Jésus aurait alors forcément été arrêté et tué par l’inquisition elle-même.

Les dérives de la télé-réalité
Une télé-réalité qui clone Jésus? Je sais pas vous, mais ça paraît assez crédible. Stupide, encore un peu futuriste, mais une fois que ce sera techniquement possible, qu’est-ce qui retiendra le petit écran de tomber dans une nouvelle dérive voyeuriste. Et ce ne sont pas les Japonais qui diront le contraire puisqu’ils ont déjà fait une émission dans laquelle les participants doivent se faire violer par des chiens…

Si on n’en est pas à des cas aussi extrêmes chez nous, les américains ne sont pas en reste avec Killer Karaoke: les participants ne doivent pas s’arrêter de chanter, malgré tout ce qu’ils vont subir. Comme cette participante qui doit continuer à chanter alors qu’elle est plongée dans une cuve de serpents.

Noir et tortueux
Le dessin est noir et blanc, façon comics. Avec une façon de faire les traits du visage qui les rend sombres, particulièrement sur les yeux. L’esthétique punk est bien rendue, on sent la recherche et la volonté de restituer un univers méconnu graphiquement. La puissance et le nombre de détails forcent le respect.

Bon point aussi pour la suggestion de morceaux, rock on s’en doute, à écouter pour chaque chapitre.

go-fuck-yourself-jesus-hates-you

Une BD qui vaut définitivement le coup, sur la religion et le fanatisme, les médias, et… le mouvement punk!

Nicolas Pochet

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>