BIFFF: quelle est la première chose que fait un zombie belge quand il ressuscite?

BIFFF_2014-42

Il va boire un ver. Bon OK c’est vraiment une blague de merde et on va tenter de vous faire oublier ce jeu de mots foireux. Chaque année, les zombies envahissent Bruxelles et nos grands écrans à l’occasion du BIFFF. Notre équipe de journalistes n’a pas hésité à enquêter. Une invasion des rues de Bruxelles, des films remplis de morts-vivants et un match de foot. Oui, décidément, le surréalisme belge touche aussi les cadavres revenus à la vie.

Attention, les zombies évoqués sont du genre qui trébuchent en avançant lentement, qui sentent mauvais et ne possèdent que des loques, qui gémissent en tendant les bras en avant… Comme le cortège de la Saint V en somme. D’ailleurs, un groupe de baptisés zombies picolait fièrement au milieu de la parade de la Zombifff day. N’écoutant que notre courage, nous avons risqué notre vie pour prendre quelques photos de cette horde que vous avez pu croiser autour du Bozar.

Go Goa Gone

On commence avec le film le plus lointain, puisqu’il nous vient directement d’Inde. Mais oubliez tout de suite les clichés sur Bollywood, il n’y a pas une heure de chorégraphies et de chants, ni de grande relation amoureuse. Et pour cause, les trois colocataires un peu (trop) glandeurs, portés sur les joints, qui décident de se rendre à Goa pour faire la fête nous ressemblent vraiment. Et quand on leur propose de se rendre sur une île éloignée pour une rave organisée par la mafia russe, ils réagissent comme nous: « trop cool, on y va ». Mais la nouvelle drogue qui circule à la soirée… transforme les fêtards en zombies (*zombie nation*). Visiblement réalisé par deux fans de cinéma et de zombies, on retrouve quelques références à certains classiques tout en apportant une fraîcheur naïve qui manque énormément ces derniers temps lorsque l’on aborde les morts-vivants. L’humour indien marche parfaitement bien, les effets spéciaux sont réussis et on ne peut donc que vous recommander de découvrir ce film qui donne carrément envie d’en voir plus du côté indien. Ha ouais, et le héros s’appelle Hartik, à prononcer avec l’accent hindi.

Bonus pour ceux qui veulent quand même une chorégraphie et des chants:

Goal of the Dead

Quand la France s’attaque aux films de zombies, ça donne parfois des résultats surprenants. Comme ce film où des morts-vivants dopés perturbent un match de foot d’une petite ville campagnarde. L’équipe du film et le BIFFF, jamais à court d’idées, ont organisé un match de mini-foot (avec plus au moins des règles et un arbitre) contre le FC Bloody Journalists. Encore une fois, ce fut une défaite retentissante des journalistes. Mais pour notre défense, les zombies essayaient de nous bouffer. La Pige a d’ailleurs dû repousser un affamé avec notre pied de caméra. Nous avons également rencontré le réalisateur du film, dont on vous livrera le portrait.

Dead Snow 2 (pas vu, donc on vous parle de Dead Snow 1)

On s’en veut à mort de l’avoir raté au BIFFF, mais des témoins assurent que ce fut la grosse réussite de cette édition. Le public a crié et adoré ce film nordique où des nazis zombies reviennent pourchasser notre héros… qui décide de les combattre en appelant l’armée rouge zombie à la rescousse. Il faut l’avouer que rien que ce scénario nous donne l’eau à la bouche.

Cédric Dautinger, photos de Camille Wernaers et Oleg Davydov

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>