Night Moves : l’écoterrorisme filmé façon docu

night_3

Le dernier film de la réalisatrice indépendante Kelly Reichardt, Night Moves, vaut très certainement le coup d’œil. Il nous plonge frontalement dans l’écoterrorisme, filmé façon documentaire. Tout y est en subtilité et sobriété.  Le spectateur partage la vie de trois environnementalistes radicaux qui décident de s’associer pour faire sauter un barrage hydroélectrique.

Le film débute alors que l’action en est à ces prémisses et le scénario ne nous donne aucun indice sur ce qu’était la vie des personnages avant d’avoir pris cette décision, mais éparpille, de-ci de-là, des indices nous permettant de comprendre à qui nous avons à faire. Pas d’histoire d’amour, pas d’histoire d’argent, des mobiles peu clairs, le film en serait presque déroutant, mais aborde des thèmes universels tels que la culpabilité et la force des conviction en nous faisant nous demander jusqu’où ces sentiments peuvent nous mener. L’écoterrorisme et ces conséquences, les sujets principaux d’un autre film, The East, sorti l’année dernière mais qui laissait les spectateurs sur leur faim (de produits bios). La faute peut-être à la recherche de spectaculaire et de théâtralisation. A l’opposé, Kelly Reichardt décide même de se passer de la fameuse scène de l’explosion pour ne pas perdre de vue ses personnages et leurs ressentis.

Les trois acteurs principaux (Jesse Eisenberg, Dakota Fanning et Steven Starsgaard) y sont sublimes, filmés sans fioriture. Soit la caméra se fait lointaine, et laisse l’action principale au second plan, soit la caméra se fait intrusive, tout en gros plans. Les paysages d’Oregon jouent eux aussi un rôle à part, presque celui d’un personnage à lui tout seul, tant ils sont filmés méticuleusement par la caméra de Reichardt, qui s ‘y attarde parfois plus que sur les personnages. La nature, on l’aura compris, a un rôle fondamental. Dans Night Moves d’ailleurs, le discours militant passe avec facilité à travers les arcanes du divertissement pour attraper les spectateurs et ne plus les lâcher, sans grandes discussions culpabilisantes et en laissant la place à la contradiction. Brillant.

Sortie le 30 avril dans nos salles.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>