Jazz et musiques improvisées: le nouveau cercle de l’ULB

1656416_10202394346032854_842585280_n

Des nouveaux cercles apparaissent et ne se ressemblent pas. Le petit nouveau dynamisera encore plus l’ambiance musicale des campus de l’ULB puisqu’il se concentrera sur le jazz et les musiques improvisées. Et quand on sait que le jazz doit à la Belgique l’invention du saxophone ou que Django Reinhardt y est né, on peut se douter que les intéressés (malgré leur jeune âge) seront présents au nouveau cercle! Surtout que l’initiative est une première en Belgique, où les cercles musicaux ne sont (malheureusement) pas encore légion. Nous avons rencontré Sophie Del Duca (BA3 Psycho), présidente du cercle, pour en apprendre davantage.

Comment est née l’idée de créer ce cercle?

Olivier Colot, l’ancien président de la Nocturne de l’ULB, est un musicien et un ami. Il m’a suggéré la création de ce cercle, ce que j’ai d’abord refusé avant de prendre le temps de me pencher sur ce projet qui me tenait à cœur. Avec quatre autres étudiants passionnés de musique, on s’est dit qu’il fallait tenter quelque-chose à l’université. Un an après le début des formalités avec l’ULB, pour officialiser la création du cercle, on est prêt à se lancer.

Quelles seront les activités prévues par votre cercle?

On a organisé un premier concert avec l’Organisation et Promotion des Arts et Culture lors de la JANE et nous lancerons le cercle dans le cadre du festival du TOB. Après, l’idée sera d’organiser 14 concerts par an (sept par quadrimestre), soit deux par mois à la salle Delvaux. Ces concerts auront la structure qu’on a choisi pour l’inauguration, soit une première partie avec un groupe qui joue puis une deuxième partie de jam session, improvisée au foyer culturel. En dehors de ça, on travaillera avec la Médiathèque de l’ULB pour « du son sur tes tartines ». On essayera aussi d’avoir des partenariats avec d’autres cercles comme celui des Romanes pour proposer, par exemple, une soirée littérature et jazz ou même organiser des conférences. Le rêve serait de revoir l’acoustique d’un auditoire comme le Janson pour pouvoir y organiser des concerts!

Le jazz véhicule parfois une image de musique destinée aux plus âgés ou aux connaisseurs pointilleux. Comment abordez-vous ce cliché afin de promouvoir le jazz auprès des étudiants?

Je connais assez bien la scène jazz belge et dans les clubs ou dans les conservatoires de jazz (la Belgique en compte cinq), on trouve facilement des gens entre 18 et 25 ans. Il y a des centaines de musiciens jazz en Belgique, des milliers d’étudiants à l’UBL donc il y a sûrement des étudiants intéressés par le jazz. Nous n’avons pas voulu nous contenter du jazz, c’est pour ça que nous abordons également les musiques improvisées. Le blues, funk, la soul, l’électro-jazz ont aussi leur place à nos événements. Souvent, en plus, quand on est musicien ou amateur de musique, on s’intéresse à plusieurs styles différents et on pourrait très bien imaginer voir apparaître d’autres cercles spécifiques comme un cercle rock! 

Capture_d__cran_2014-02-22___12.32.05

L’inauguration du nouveau cercle aura lieu lors du festival TOB, ce 19 mars 2014 dans la salle Delvaux. Un trio lancera un concert à 20h, suivi d’une session jam à 21h au foyer culturel (Solbosch). Le cercle en profite pour lancer un financement participatif qui permet de soutenir leur projet tout en s’invitant à la soirée. Toutes les informations se trouvent sur la page Kiss Kiss Bank Bank en suivant ce lien.

large_1013904_598430123521272_1111202524_n

Plus d’information sur le cercle via leur page Facebook.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>