Rencontre avec l’artiste nomade Dub FX

DubFx

Dub FX est un artiste qui s’est fait connaître dans les rues d’Europe grâce à son approche unique de la musique. Et pour cause, sa performance est constituée d’un seul instrument: sa voix. Il utilise une pédale à effets pour créer des boucles en temps réel et composer un morceau en partant de zéro devant les yeux (et surtout les oreilles) des passants. Il chante l’amour, la paix mais aussi les difficultés sociales des gens qu’il côtoie. D’origine Italo-Australienne, Dub FX a.k.a. Benjamin Stanford ne cesse de traverser le globe et ses rues, pour continuer à tracer sa route sur le marché indépendant de la musique. Il ne rate pas une occasion de remercier le monde et les gens ayant partagé ses vidéos sur Youtube. Il ne cesse donc jamais de voyager, et nous sommes très heureux d’avoir pu le croiser lors de sa tournée mondiale qu’il vient d’entamer, fruit de sa campagne d’engagement de l’été dernier.

En effet, sa tournée utilise le principe du « crowd funding » pour trouver les fonds nécessaires pour voyager et se produire. A la mode ces derniers temps, le financement participatif permet au public de donner une somme (généralement libre) pour soutenir un projet, sans passer par des intermédiaires comme des producteurs ou des investisseurs. Plusieurs projets ont déjà pu profiter de ce système comme la tournée Dub FX, les bières du Brussels Beer Project ou même des fromages de brebis bruxelloises.

La dernière fois que nous avons parlé tu étais sur le point de lancer ta campagne d’engagement. Comment ça s’est passé?

Vraiment bien! Cade et moi sommes devenus fous en essayant de communiquer le concept aux fans. On s’est dit qu’on allait laisser faire du bouche à oreille. Au début ça a bien marché mais on s’est vite aperçus qu’on n’allait pas atteindre l’objectif financier que l’on s’était fixé. Nous avons donc décidé de nous mettre au boulot et de répandre le message pour informer les fans sur cette campagne. Au final ça a super bien marché. Nous avons atteint 148 % des fonds demandés.

Grâce à cette campagne vous avez donc réussi à financer ton dernier album, Theory Of Harmony. Serais-tu capable de me citer ton morceau préféré de l’album?

C’est un peu comme essayer de choisir son enfant préféré quand on a tout écrit et mis autant d’effort dans les chansons. Pour mes albums passés, je réécoute certains passages et je me crispe. Spécialement sur Everything’s A Ripple, car il y a tellement de choses que j’aurai voulu changer. Mais avec cet album je suis très satisfait du résultat. Si je devais vraiment choisir une chanson préférée, ce serait Colours.

Est-ce que tu as joué des instruments sur ton album?

Peu de choses, j’ai appelé ce gars, Andy […] j’ai surtout enregistré des parties de saxo et de clavier avec lui. Mais ce que j’ai fait, c’est écrire l’album en entier, puis inviter des gens pour le jouer. Parce que de toutes façon quand je fais mon loop dans les rues je sais déjà comment je voudrais que ça sonne plus tard, instrumentalisé. Quand je me produis sur scène, c’est comme une forme rapide de composition, en faisant une ligne de basse, des harmonies avec ma voix avec les loops, de manière à jouer la chanson devant un public.

Pour plus d’informations et d’autres vidéos de Black Book, cliquez ici.

Luciano Mengucci

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>