Pompéi 3D: courage, fuyons

POMPEI+-3D+PHOTO3

En l’an 79, la ville de Pompéi vit sa période la plus faste à l’abri du mont Vésuve. Milo, gladiateur, tombe éperdument amoureux de la fille du gouverneur de Pompéi, déjà promise à un sénateur romain… Au même moment, d’étranges fumées noires s’élèvent du Vésuve dans l’indifférence générale. Dans quelques heures, la ville sera le théâtre d’une des plus grandes catastrophes naturelles de tous les temps.

Alerte au blockbuster bien gras. Les Romains parlent anglais, les ralentis dramatiques donnent le mal de mer au spectateur tout le long, de même que certaines incohérences, du genre « Je l’ai rencontrée il y a deux heures, je risque tout pour elle« .

images

Rome, ses gladiators-esclaves et son mépris pour les autres civilisations, des thèmes qui ont inspiré quelqu’uns des chefs d’oeuvre du cinéma de Ben Hur à Gladiator en passant par Spartacus. Malheureusement, le Pompéi de Paul W. Anderson (Alien vs Predator) ne leur arrive pas à la cheville en terme d’émotions. C’est trop lisse, trop plat, trop surjoué. Pas assez humain, ce qui est un comble pour un film arborant ces thèmes. En mêlant film historique type peplum et film catastrophe, il y perd un peu de la force de ces deux genres au lieu d’en sortir grandi.

Reste les décors, les explosions et des combats à couper le souffle, avec une très bonne utilisation de la 3D (pour une fois, est-on tenté de rajouter). Reste aussi le plaisir de voir Kiefer Sutherland en méchant à jupette, de découvrir Kit Harington (vous savez Jon Snow de la série Games of Thrones) autrement qu’emmitouflé dans de la fourrure d’ours et le plaisir de découvrir qu’il y a une vie après la daube Sucker Punch pour Emily Browning. Nous voilà tout rassurés.

Sortie dans nos salles obscures le 19 février.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>