Escape: bromance qui sent la vieille testostérone

EscapePlan_poster_HR

Quand j’étais petit, je rêvais de voir jouer dans un même film deux de mes acteurs préférés: ceux de Demolition Man et Last Action Hero. Bref, je ne suis pas là pour vous raconter ma vie mais pour parler du thriller Escape Plan (Évasion en Français). Un casting musclé donc avec Sylvester Stallone et Arnold Schwarzenegger pour un thriller, pas un film d’action. Si vous souhaitez voir nos deux compères laminer des ennemis en se lançant des blagues, foncez voir The Expendables 2.

Ray Breslin (Stallone) travaille comme ingénieur spécialisé dans les prisons à haute sécurité des USA. Son job consiste à se faire enfermer, puis à s’évader pour tester et trouver les failles du milieu carcéral. Une offre alléchante mais nébuleuse offerte à son entreprise va l’amener sur un nouveau type de prison, qui ferait passer Guantánamo pour le parc Walibi. Piégé, il se retrouve réellement enfermé et devra trouver l’aide… d’un mystérieux détenu (Schwarzy). Préparation, évasion puis vengeance au programme.

On ne vous mentira pas, le scénario ne brille pas par son suspens ou ses retournements de situation. On appréciera les seconds couteaux du film (Sam Neill, Vinnie Jones ou 50 cent en geek du ghetto) ainsi que la critique d’un système carcéral américain qui dépasse les limites. On a également adoré la prestation de Schwarzy qui se donne à fond en criant en Allemand, en suant, et en ayant droit à quelques répliques et scènes bien bad-ass. Dommage justement que Stallone n’en profite pas et que le film reste plat comparé au délire qu’aurait pu prendre le réalisateur Mikael Håfström.

Sortie dans nos salles ce 13 novembre 2013.

DF-AM-08923_Comp_Crop3

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>