Festival des libertés : Anonymous, gloire et beauté

legion-poster-with-awards

Mercredi soir, la salle Huysmans était comble pour le documentaire We are legion: the story of hacktivists, qui remontait le fil du temps et des actions du fameux mouvement Anonymous pour tenter de nous faire comprendre sa genèse et ses buts.

Le mouvement n’a pas toujours été aussi politique qu’aujourd’hui, et a commencé par rassembler toute une communauté d’internautes autour de blagues et de mèmes partagés, avant de se lancer dans des attaques de grande ampleur sur des sites internet. Le documentaire part à la rencontre de plusieurs membres du mouvement et leur donne la parole, sans laisser de côté les représailles qu’ils ont subis (notamment des peines de prison) ou les désaccords qui ont parcouru l’histoire du mouvement.

Anonymous et Printemps arabe

Volontairement militant, le documentaire dresse la longue liste de leur actions, des attaques en règle contre l’Église de Scientologie (leur parfait Némésis, selon l’une des interventantes, puisque cette « confession » rassemble la science-fiction et une propagandes très active sur Internet) jusqu’à leur petit rôle dans le printemps arabe, pour lequel ils se sont battus encore et toujours pour l’idée d’un internet libre alors que les dictateurs réprimaient les révolutions dans le sang et en coupant tout accès à internet.

Ces jeunes passionnés de technologies ont milité pour des causes qu’ils croyaient justes comme jamais personne avant eux, défiant les gouvernements et rassemblant dehors, dans l’espace public et loin de tout ordinateur, des dizaines de centaines d’autres dans des manifestations monstres autour des mêmes idées (et ils semblent encore étonnés eux-mêmes d’y être arrivés).

« Votre opinion compte« , termine ainsi l’une des Anonymous. Les technologies modifient notre manière de vivre, de nous informer, de nous divertir mais aussi de militer et propager des idées. Le documentaire nous propose un voyage au sein de cette  militance 2.0, de ses multiples facettes et de ses contradictions. En attendant la 3.0.

Et puisqu’effectivement, Internet doit rester libre, voici le documentaire complet.

De rien.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>