Archive au Festival des Libertés : vive l’ambiance

1391875_10201953655981161_164551793_n

Samedi soir, le Festival des Libertés était ZE place to be. On était d’ailleurs prévenu dès le début de l’après-midi : le concert d’Archive, c’est sold-out, man.

Archive, c’est ce groupe rock britannique, psyché sur les bords, aux textes romantico-romantiques scandés avec une voix rauque juste comme il faut. On pleure pas dans les chaumières mais presque, le tout nuancé par un petit côté sexy offert par des rythmes electro bien chauds, qui donne invariablement envie de se déhancher et pas toujours en douceur. Je veux dire par là que ça m’aurait fait mal de vivre ce concert assise depuis le balcon.

Pour leur passage à Bruxelles en effet, ils ont plus que convaincu. En gros : on s’en est pris plein la tronche. Conflict, Hatchet,  Twisting, Violently, Damage, les morceaux du récent album With Us Until you’re Dead et d’autres plus anciens, tels l’excellent You Make Me Feel se sont enchainés dans une belle cohérence.

Dommage que le public lui n’ait pas vraiment suivi. En gros : on s’est bien emmerdé. Entre le mec (raide comme un piquet, je me suis même demandé à un moment s’il respirait encore) qui a gardé sa veste et transpirait à mort (bah oui il faisait 50 degrés), la femme à mes cotés qui m’a fusillé du regard parce que j’ai osé (Jesus Christ) danser sur un morceau , l’autre qui s’est mis à bailler genre bruyamment dans mon oreille en plein milieu d’un morceau, vraiment pas un pour en rattraper l’autre. J’ai vu un jeune homme se mettre à danser… puis s’excuser face à la réaction de ses voisins. Un pauvre bougre s’est mis à taper dans ses mains en rythme… bientôt suivi par personne dans la salle. Putain l’ambiance.

De deux choses l’une : soit Archive à un public étrange, qui a pris au mot de la lettre l’adjectif Archive « Intimate » au Festival des Libertés. Soit les intellectuels ont oublié comment on s’amuse et pense qu’en ayant l’air de râler, ils font plus intelligents. Grossière erreur.

Ah ça y est, voilà les gens qui se réveillent ! Cris, sifflements, petits sauts excités. Je vois. C’est juste parce que la chanteUSE vient de monter sur scène.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>