Girl Power au Botanique

katenash

C’est Bruxelles que Kate Nash a choisi pour débuter sa tournée. Un choix abondamment applaudi par son public, découvrant les nouveaux morceaux de la jeune Anglaise. Le dernier album auto-produit, « Girl Talk », a été mis en avant.

Rien de tel qu’un concert à la sauce riot grrrl pour terminer une belle journée ensoleillée d’automne. Les femmes sont mises à l’honneur, et pour cause, aucun homme n’a eu sa place sur scène. Comme l’indique la batterie de Kate Nash : ce soir, c’est Girl Power. C’est dans un décor rétro à souhait que l’Anglaise fait ses preuves, entourée de vieilles télévisions et autres néons. Énergie, bonne humeur et franc parler sont au rendez-vous. Un concert aux performances variées alternants des morceaux plutôt pop avec des passages aux touches punk underground dignes de riot grrrls. Un moment a cappella a même bouclé le concert. Une chose est certaine, avec Kate Nash sur scène, on n’a pas le temps de s’ennuyer ou de se lasser d’un style uniforme. Les trois albums de la chanteuse s’entremêlent de manière fluide tout au long de la soirée.

L’artiste se montre très spontanée et proche de son public. Les interactions sont nombreuses, et une dizaines de filles issues de la foule se permettent une petite danse sur scène auprès de la chanteuse indépendante. Cette dernière nous aura offert une heure trente de morceaux variés, à l’image de sa carrière. Une chanson, délicatement intitulée « Free My Pussy », a même été dédiée aux punks russes, les Pussy Riot. Kate Nash en a profité pour faire l’éloge de la force féminine, poussant toutes les femmes de son public à aller au-delà des préjugés et à se battre pour vivre leurs rêves et réaliser leurs ambitions. L’Anglaise trouve les mots pour émouvoir ses fans, que ce soit à travers les paroles de ses chansons où lors de ses confidences à la fois drôles et touchantes.

Kate Nash a commencé en beauté sa tournée qui s’achèvera dans deux mois. Elle a rappelé une fois de plus sa force de caractère et sa détermination, donnant du courage à celles qui en manquaient. Une bouffée d’air frais dans la scène musicale contemporaine.

Gaëlle Colinet
Photos : Valentine Van den Eynde

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>