BSF : Cali, le bienheureux

La scène de la Place des Palais étant soigneusement rangée jusqu’à l’année prochaine, c’est au Mont des Arts que se poursuit le Brussels Summer Festival. Ce jeudi, place à la soirée française, avec Baden Baden, Aline et Cali, en guise de point final survolté.

22h tapantes jeudi soir au Mont des Arts. Armé d’un harmonica et d’une guitare, Cali entre seul en scène sur le morceau L’Amour Fou. C’est parti pour deux heures de concert complètement déjantées. Cali commence par inviter tous les photographes sur la scène. Sympa, le mec. Elle m’a dit, L’amour est éternel, Venez me chercher, Qui se soucie de moi, Cantona, Je m’en vais,  Dolorosa, tous les tubes sont là. « Bruxelles, que tu es belle », lance-t-il au ciel étoilé, avant de se lancer littéralement cette fois dans le public. Un premier exercice de crowdsurfing réussi, où Cali finit par se tenir debout en plein milieu du public pour continuer son morceau, avant de se laisser tomber en arrière. Il en faut de la confiance. De fait, le public ne le laissera pas tomber, et le voilà qui remonte sur scène avec moult cumulets. Mais on avait encore rien vu. 

 

DSCF9223

DSCF9226

DSCF9241

DSCF9245

DSCF9255

DSCF9268

DSCF9274

DSCF9276

Sur Pensons à l’avenir, il invite sur scène une fan, la prend longuement dans ses bras, avant de lui laisser le micro sur le refrain. Rien n’est trop beau pour celui qui arrive à même… à faire miauler son public. « A poil, tout le monde, à poil« , crie-t-il soudain, entre deux paroles. « Le vrai bordel ! » Dans le public, chacun retire un pull ou autre pour le faire tourner en l’air. Un jeune homme a pris les choses beaucoup plus au sérieux et monte sur scène en caleçon. Mais le public belge est des plus taquins, et d’un coup, il se met à scander d’une seule voix « Cali à poil, Cali à poil« . Il sera évidemment déçu et le morceau s’achève dans la huée générale. Ambiance, ambiance.

 

DSCF9285

DSCF9289

DSCF9306

DSCF9309

DSCF9315

DSCF9316

Il ne tient décidément pas en place, le Cali. En guise de rappel, C’est quand le Bonheur? (« C’est maintenant!« , s’exclame-t-il à la fin du morceau) « 1000 cœurs debout », et un nouvel petit épisode de crowdsurfing. Il se lance dans la foule et parcourt tranquillement sur le ventre tout le Mont des Arts, jusqu’à arriver tout en haut des marches… sans avoir mis un seul pied parterre. Ça n’est pas fini, il se relance, sur le dos cette fois, et en direction de la scène. On avait eu droit à l’aller, voilà le retour, toujours porté par le public, comme en transe.

 

DSCF9323

DSCF9328

DSCF9335

 

DSCF9343

Encore un dernier morceau et le concert, généreux, s’achève, non sans que Cali ait pris le temps de remercier « les gens adorables du  festival » et de faire monter son fils sur scène. « Viens voir comme c’est beau« . Les étoiles, au Mont des Arts, ne brillaient pas que dans le ciel.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>