BX JTM LOL

Bruxelles, capitale de la Belgique mais aussi de l’Union Européenne, abrite notre chère Université. Ce n’est un secret pour personne et la plupart des étudiants Erasmus apprécient notre ville. Mais comme toute mégapole, elle cache également (parfois à la vue de tous, d’accord) des défauts comme des trésors cachés. Il y a quelques semaines, un journaliste osait critiquer Bruxelles dans un billet d’humeur, provoquant les foudres de certaines personnes. Comme par exemple de la ministre de la culture. Pourtant, c’est contre l’initiative de cette dernière que nous écrivons à notre tour un coup de gueule.

Jean Quatremer habite et travaille à Bruxelles comme correspondant pour Libération. Il tient un blog où il écrit principalement sur les institutions européennes, avec un esprit critique et donc subjectif. Un article, passant en revue les points négatifs de Bruxelles, fut publié dans le journal français. Premier chapitre.

Plusieurs personnes et personnalités s’offusquèrent de cet article. On reproche par exemple au correspondant de critiquer une ville sans y être originaire. Quatremer réside pourtant depuis de nombreuses années à Bruxelles… Il est loin d’un touriste arrogant qui viendrait cracher sur nous après deux jours de visite. Mais le deuxième chapitre ne s’ouvre qu’avec l’entrée en jeu de Fadila Laanan, ministre de la culture, de l’audiovisuel, de la santé et de l’égalité des chances de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Sa réaction se divise en deux étapes, toutes mauvaises. La première fut d’invectiver Quatremer sur Twitter avec des arguments comme: « Dans la vie, quand on n’aime plus on change, non ? Cela existe en amour pourquoi pas dans sa résidence ? » En gros, une ministre dit texto « si vous n’êtes pas content, vous n’avez qu’à rentrer dans votre pays ». La pilule passe plutôt mal venant de la ministre en charge de lutter contre les discriminations et incitation à la haine envers les personnes étrangères. Sauf si l’on considère que la liberté d’opinion et de la presse s’arrête quand on critique Bruxelles en fonction de nos origines…

La deuxième étape fut le lancement, toujours par Laanan, du site web « Bruxelles je t’aime ». Comme un hommage à l’auto-dérision des Bruxellois, le site ne donne pourtant pas franchement envie. Plutôt que d’inspirer de la fierté et de prouver à Quatremer que la capitale va se bouger, on frise le ridicule et on pouffe de honte. Le site affiche une belle ligne de sponsors soucieux de l’image de la ville mais pas du logo… dont même notre Boubou réalisé sous Paint se moque allègrement. Et le Néerlandais? On s’en fout. Les Flamands, s’ils ne sont pas contents à Bruxelles et s’ils veulent lire dans leur langue bizarre, ils peuvent retourner dans leur (futur) pays! Ça prouve surtout, qu’encore une fois, la ministre n’a même pas passé un coup de fil avec ses partenaires avant de lancer son action (on repense aux projets de créer un organisme gouvernemental pour la prévention SIDA ou contre le racisme, menés dans l’ombre sans contacter les organisations bénévoles concernées). On passera sous silence l’Anglais et les langues parlées par les centaines de nationalités présentes dans notre capitale multiculturelle.

Bref, le site héberge un concours ouvert jusqu’au 30 septembre, invitant les artistes à exprimer leur amour de Bruxelles. Un peu comme les commandes des dictatures aux artistes reconnus par l’État en somme (tu l’aimes ton pays? et ta famille? alors montre que tu aimes les petites rues avec les fleurs!). Il suffit de parcourir le règlement pour voir qu’il est impensable d’aborder, par exemple, les squats d’artistes de Bruxelles. Il suffit de peindre une gaufre (pourtant, elles ont bonne réputation à Liège), un petit bonhomme qui fait pipi (mais pas de pornographie, n’oublions pas que les œuvres obscènes de Bonom choquent plus que la prostitution qui se déroule au pied des murs tagués) ou la fête des cerises de Schaerbeek (mais pas avec les lendemains de cuite à la Kriek). D’ailleurs toute forme de critique figure au même rang que l’antisémitisme ou la xénophobie dans le règlement du concours. On comprend mieux pourquoi Quatremer se fait si mal voir par Laanan.

Il existe pourtant des initiatives plus réussies. Une chose est certaine dans ce (faux) débat: l’amour rend aveugle et les défauts de Bruxelles doivent en priorité être résolus par les politiciens…

 

Photo prise ce dimanche 30 juin par Tewfik Sahih

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>