Festival Millenium: le capitaine et son pirate

La piraterie, ça nous fait penser aux aventures de Johnny Depp pour Disney. Mais c’est surtout une réalité dans certaines parties du monde où la pauvreté pousse les navigateurs à prendre des armes pour attaquer des cargos s’approchant trop près des côtes. Comme en Somalie, pays connu pour son instabilité politique, sa violence tribale et… ses pirates. Le documentaire projeté au festival Millenium nous propose de suivre deux personnes après une rencontre peu diplomatique. En effet, le premier est un ancien capitaine tandis que le second n’est autre que… le chef pirate qui l’a retenu en otage pendant quatre longs mois.

 

Le Capitaine et son pirate_5

 

Quatre mois où les pirates somaliens et l’équipage du navire allemand furent confrontés au silence de la compagnie employant le bateau mais aussi du gouvernement allemand. « La compagnie aurait préféré que les pirates nous tuent pour ne rien devoir payer » crache le capitaine, lors d’une thérapie pour évacuer le stress accumulé lors de la prise d’otage mais également à son retour au pays qui ne fut en rien joyeux.

Bien loin de l’Allemagne, le chef pirate, dit « le barbu », poursuit sa vie après avoir récupéré la rançon. Loin du luxe, il ne s’est pas offert un palace grâce aux millions récoltés… qui finissent dans la poche de plusieurs intermédiaires et commanditaires. Il avoue d’ailleurs qu’ « à Mogadiscio, mes enfants ne dorment pas la nuit, il y a des attaques tout le temps, je suis plus en sécurité sur un bateau lors d’une prise d’otage« . Il continue d’errer sans réel but entre la ville et les plages, où d’autres pirates tuent le temps à coups de kalachnikov.

Deux vies totalement différentes et pourtant étroitement liées depuis leur rencontre. Car abandonné par son équipage, hué par les pirates, le capitaine ne devra finalement son salut qu’au chef somalien. « Comment est-ce possible que ce soit ce simple somalien qui fut le seul à me comprendre? Peut-être que je devrais aller vivre en Somalie! » s’énerve le capitaine lors de sa thérapie alors que le pirate porte une paire de chaussures en cuir, offerte lors de la libération des otages. « Quand j’explique que le capitaine me l’a offerte, personne ne me croit, on dit que je l’ai volée. » Finalement, personne ne comprend les deux hommes mis à part eux.

 

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>