Edito du lundi : On est tous le bazar de quelqu’un d’autre

Chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt !

Moi parfois, j’ai des problèmes avec l’humain. L’être humain. Qui parfois ne l’est pas du tout. Et internet est un formidable catalyseur de toutes nos contradictions. On a déjà parlé ici de groupes Facebook tels que Spotted ULB, où des amoureux d’un jour, amis de la langue française et de langage fleuri, venaient déclarer leur flamme à celle ou celui qu’elle venait de croiser dans l’ascenseur, à la cantine, à la bibli. Des groupes très vite victimes de leur succès: aujourd’hui il y a tout de même pas mal de fausses annonces qui y sont publiées.

C’était déjà pas triste néanmoins. Parce que quand on croise quelqu’un trois secondes dans un ascenseur, sûr qu’on ne peut pas savoir qu’il est parfait trilingue ou qu’il a lu Marx en allemand dans le texte. Ça évoque plutôt des « jambes« , « fesses« , « seins » (gros en général, suffisamment pour qu’on l’évoque). Des « short minis » et des « décolletés plongeants« .

Mais si on creuse un peu plus, on tombe sur des groupes bien plus dégueulasses. Du type Bazar du jour. Des groupes réservés aux hommes. Sur lesquels on exhibe les femmes (les fameux « bazars »). Bazar de Nuit est lui réservé aux femmes, et on y exhibe des hommes, preuve s’il en faut que la connerie et le sexisme ne sont pas liés à un genre. Les commentaires sont beaucoup moins fleuris que sur Spotted. Sinon, il y a aussi le groupe Les Perles de l’ULB. Et presque chaque université a un groupe aussi con attaché à elle. Les » perles » ce sont les jolies filles et les jolis garçons, dont on publie la photo, le groupe devient alors une espèce de catalogue racoleur au possible. Ne manque que les mensurations et la taille des pénis. On ne peut pas tout avoir

« Le concept est positif. C’est un honneur d’être sur «Perles de UNamur», pas un désavantage », se défendent les auteurs du groupe « perles de UNamur ». Bah écoutez les loulous, la prochaine fois qu’on m’appelle « bijou »,  j’essaie de le prendre bien alors (kikoolol hihi).

Une constante : ces groupes pullulent à chaque fois en plein blocus. Je comprends, le cerveau craque sous la pression. Mais quand même.

Facebook ne fera rien ben entendu, il est trop occupé à traquer pour censurer des œuvres d’arts comme L’origine du Monde, que pour comprendre la différence entre du nu artistique et  la réification abjecte de nos corps. De toute façon quand on sait que Facebook ne considère pas les blagues sur le viol comme relevant d’un discours de haine… on a déjà rien compris.

 

enhanced-buzz-24820-1369751321-12

Edito31
Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger pour la caricature

2 Comments

  1. correcteur

    4 juin 2013 at 11:32

    où des amoureux d’un jour… venaiENT. Vite, j’ai mal aux yeux.

  2. LaPige.be

    4 juin 2013 at 11:40

    Merci, c’est corrigé !

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>