Voyage dans le temps mais pas dans les dimensions

Lorsque nous vous évoquons Jurassic Park, il est possible qu’une musique retentissante démarre dans votre tête, que vos yeux se souviennent d’une époque où vous étiez plus jeune (c’était mieux avant) et que votre peur ancestrale d’être pourchassé par une bande de vélociraptors ne refasse surface. Jurassic Park re-débarque sur nos grands écrans, en 3D s’il-vous-plaît. Allez, embarquez dans la voiturette et laissez-vous guider. Ho, ce bruit? C’est juste une coupure électrique, ça ne devrait durer que quelques minutes, rassurez-vous.

 

BIFFF2013

 

Sans vous mentir, nous connaissions déjà le film par cœur, malgré sa sortie il y a… 20 ans! Oui, ça fait de nous de vieux croutons nostalgiques. Ainsi que la majorité du public présent au BIFFF, impatiente de (re)voir les dinosaures plus vrais que nature (Spielberg utilisant pour la première fois des créatures créées par ordinateur pour compléter sa collection de robots, après le succès de Terminator 2) à nouveau sur une toile de cinéma. Même si depuis, la science pense plutôt que ces-derniers avaient la peau recouverte de plumes (des sortes de dindes psychopathes, donc). N’oublions pas que si le réalisateur a su réunir des scènes effrayantes, stressantes et des touches d’humour réussies, c’est surtout au livre de Michael Crichton (disparu malheureusement) que l’on doit cette idée de génie. Et aussi aux acteurs (Goldblum adulé par le BIFFF pour son rôle d’insecte volant, Sam Neill qui est passé par la case vampire ou Laura Dern en figure de femme forte) ainsi qu’à la musique de John Williams (allié fidèle de Steven Spielberg).

 

jurassicpark_posterweb

 

Sous ses airs de films pour enfants se cache en réalité une réflexion assez profonde sur l’utilisation de la science, l’avidité des Hommes et la théorie du chaos (quand même). Des thématiques illustrés par des dinosaures qui font un peu n’importe quoi (comme ouvrir des portes pour chasser deux enfants bipèdes alors que l’île doit sûrement abriter un élevage de chèvres pour madame T.) mais qui nous régalent. Le passage à la 3D passe par contre presque inaperçu, ce qui est logique vu que le film n’a pas été tourné pour. On ne vous le conseille donc que si la fibre de la nostalgie vous titille. Car voir Jurassic Park sur grand-écran, avec la musique à fond, c’est comme se plonger dans la fontaine de jouvence. Les yeux pétillent, la peau se hérisse et on se demande bien où à bien pu finir Edgar, le dinosaure en plastique de notre enfance.

Pas de bande-annonce en 2D, vous devriez avoir le DVD chez vous (en attendant une suite qui semble en cours de tournage)!

Sortie début mai dans les salles belges.

 

BIFFFboubou

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>