Upside Down : quand l’amour défie la gravité

Le réalisateur Juan Solanas nous offre sa vision dystopique de Roméo et Juliette. Où les deux amants habitent deux mondes frontaliers, chacun ayant une gravité différente. Adam et Eden sont donc attirés par leur planète respective… mais aussi par l’un et par l’autre. En opposant radicalement deux mondes, un riche et l’autre pauvre, Solanas en profite pour en dire beaucoup sur le nôtre. La salle du BIFFF est d’ailleurs restée bien silencieuse.

 

BIFFF2013

 

Dans le dernier film de Juan Solanas, il y a le monde d’en bas, une espèce d’immense ghetto type, et le monde d’en haut, juste au-dessus, formé de beaux buildings. Chacun de ces mondes a une gravité propre, il est donc presque impossible de passer de l’un à l’autre. « Mais que fait Newton?« , hurle quelqu’un dans la salle. Et bien, on l’oublie un peu, le temps d’en prendre plein les yeux. Le film est d’une beauté à couper le souffle. En nous transportant dans cet univers pas si lointain du nôtre, le réalisateur nous invite à revoir nos perspectives et à découvrir l’histoire d’amour qui naît entre Adam (Jim Sturgess) et Eden (Kirsten Dunst), deux êtres que tout oppose.

 

20511663.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

 

Le film joue beaucoup sur l’utilisation d’images à l’envers, qui permettent de comprendre à quel point le monde plus riche est le reflet du monde d’en bas, exploité. « Via Transworld, le monde d’en haut pille notre pétrole, pour ensuite nous le revendre plus cher« , explique ainsi Adam, amoureux d’Eden, du monde d’en haut. Comment ne pas y voir une allégorie sur le nôtre,  entre le monde industrialisé occidental et le monde d’en bas : le tiers monde. Le monde de l’entreprise en prend aussi joyeusement pour son grade. On nous fait aussi réfléchir sur l’immigration et les frontières, car tout contact entre le haut et le bas est formellement interdit.

 

20511661.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx (1)

 

L’histoire d’amour est belle, les images sont belles, on passe un très bon moment devant ce film, mais on ne peut s’empêcher de regretter la fin, très « tout est bien qui finit trop bien« . Ce n’est pas pour rien que Roméo et Juliette finit mal !

Un film renversant, prochainement dans les salles belges.

 

BIFFFboubou

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>