Olympus has fallen… et nous aussi

Mike Banning (Gérald Butler) est un ancien garde du corps du président des États-Unis (Aaron Eckhart). Après un accident qui coûte la vie à la Première Dame, il se voit confiné à un bureau, alors que tout ce à quoi il aspire est de retourner sur le terrain. Lorsqu’un commando nord-coréen lance une attaque contre la Maison Blanche, prenant en otage le président, il se retrouve seul à pouvoir leur venir en aide. Deux ans après avoir été tenu pour responsable de la mort de la Première Dame, il va pouvoir faire preuve de sa loyauté et de sa bravoure. Roulement de tambour américain. Levée de drapeau américain. Rompez les rangs.

 

OHF_posterFR_HR

 

Ce film est mauvais. De bout en bout. Même la musique est agaçante. Les tambours militaires lorsque la caméra fait un zoom sur la voiture du président, c’est déjà pénible, mais quand ces mêmes tambours retentissent alors qu’on fait un gros plan sur le chien qui garde la Maison Blanche, c’est juste too much. Et puis quoi, les violons aussi, pour cette braf bête qui risque sa life pour le président. Pour l’Amérique. Clap clap clap.

Il a un problème, le cinéma américain : il se prend trop au sérieux. Du coup, on rit de bon cœur, c’est vrai. Après les sales Russes et les terroristes musulmans même pas beaux, la nouvelle menace qui plane sur le pays le plus important du monde (non) vient du côté de l’Asie. La Corée du nord (okay, ils surfent sur l’actu, mais quand même). L’autre. Ils sont pas vraiment comme nous, ces gens-là (ils sont communistes!).

La Maison Blanche (nom de code : Olympus) tombe en 13 minutes aux mains des terroristes qui tuent tout le monde à l’aide d’armes toutes plus sophistiquées les unes que les autres, mais gardent quelques otages, tel que le président, parce que c’est toujours utile, il paraît. Tout le monde ? Non, un homme résiste encore et toujours à l’envahisseur. C’est Gérald Butler/Mike Banning qui a survécu (me demandez pas comment) et va s’occuper de la situation. Tout seul contre plein de méchants. Mais si, c’est crédible. C’est un A-mé-ri-cain.

Un Américain typique, avec une femme blonde comme les blés et infirmière (parce que les femmes, ça soigne les bobos quand les maris sont au combat).

Je ne vous passe pas quelques détails sordides, comme le ralenti sur le drapeau américain troué de balles, alors qu’il y a plein de gens, des êtres humains, crevés sur la pelouse de la Maison Blanche. Ni cette blagounette à la fin sur l’assurance omnium de la Maison Blanche alors que les gens crevés sont toujours en train de moisir sur la pelouse. C’est pas grave. En Amérique, les dégâts collatéraux, on connaît.

Aucune réflexion non plus sur ce qui pousse des terroristes à attaquer leur pays (c’est qu’on ne se fait pas tirer dessus pour rien en général). La fin est toute en God Bless America, nous sommes les plus forts, nous ne changerons rien à notre conduite internationale méprisante envers tout qui n’est pas d’accord avec nous.  Même les dialogues puent la condescendance quand le héros Mike Banning parvient à faire prisonnier quelques terroristes et commencent à les torturer. « On vous apprend l’anglais dans votre pays ? », leur demande-t-il agressivement. Faut se calmer Coco, c’est pas une obligation non plus quand tu habites en Corée du Nord. Roh. 

Hasard du calendrier : un film avec exactement le même scénario sort dans quelques semaines. Titre : Le Siège de la Maison Blanche. Mais quelle imagination, c’est fantastique !

J’espère que Barack a pris une bonne assurance lui aussi.

Sortie le 17 avril en salles.

Camille Wernaers

6 Comments

  1. jean connard

    2 avril 2013 at 11:49

    « Ce film est mauvais. De bout en bout. Même la musique est agaçante. Les tambours militaires lorsque la caméra fait un zoom sur la voiture du président, c’est déjà pénible, mais quand ces mêmes tambours retentissent alors qu’on fait un gros plan sur le chien qui garde la Maison Blanche, c’est juste too much. Et puis quoi, les violons aussi, pour cette braf bête qui risque sa life pour le président. »

    Stop abuser sur l’italique là

    Soit tu mets des mots en anglais et tu les assumes, soit t’en mets pas. Mais de l’italique trois fois par phrase, stop ça

  2. LaPige.be

    2 avril 2013 at 12:07

    Aaaah, ce qu’il est facile de critiquer anonymement derrière un écran. A tel point que parfois, il est compliqué de comprendre ce qu’on nous reproche. La typographie, vraiment ? C’est là tout ce qui est mauvais dans cet article ? Tant mieux alors. Dommage que le débat reste aussi bas ceci dit.

    (Les mots dans une autre langue doivent être en italique. Cela s’appelle une convention. De même, l’italique est utilisé pour mettre l’accent sur certains mots. Les mots en anglais sont donc plus qu’assumés.).

    Bonne journée,

    Camille Wernaers

  3. Jean connard

    4 avril 2013 at 10:12

    Yep

    En fait j’ai pas vraiment de remarque sur le fond (difficile d’en avoir, j’ai pas vu le film). Mais la forme m’agace. En effet c’est la convention, mais du coup… pourquoi mettre autant de mots en anglais, dans le paragraphe?

    Pour te citer, c’est juste too much

  4. LaPige.be

    4 avril 2013 at 3:11

    Cela s’appelle de l’ironie, le film étant en effet un bon vieux blockbuster américain.

    A La Pige, c’est vrai qu’on prend des liberté avec la forme des autres articles. Il y a plein d’autres sites à visiter si cela t’agace.

    Merci et bonne journée.

    Camille Wernaers

  5. jean connard

    4 avril 2013 at 4:03

    xd

    Chaud de tout prendre mal comme ça, alors que toute ta vie tu vas être prise sous le feu des critiques :/

  6. LaPige.be

    4 avril 2013 at 8:43

    Les critiques fondées, je les accepte, c’est même important pour moi. Critiquer la typographie, autant je suis une lectrice assidue des sites d’info, autant jamais cela me viendrait à l’esprit ^^

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>