Edito du lundi : T’es sûr de vouloir sortir avec un sac à dos ?

Chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt !

Des scènes de liesse dans les rues de Boston, où on agitait des grands sourires et des drapeaux américains en mangeant des saucisses et en émettant des rots à l’odeur de bière. Est-ce que Barack Obama aurait annoncé la fermeture de Guantánamo ? Un retrait total et complet d’Irak ? Des cours obligatoires sur la Seconde Guerre Mondiale pour tous les élèves américains (ce qui aurait permis d’éviter ceci )? Hé non. La fête portait sur la mort d’un des suspects, et le mot est important, et l’arrestation musclée d’un autre (qui lui aussi portait un sac à dos…et même une casquette!) dans l’affaire des attentats de Boston (à condamner). Le freak, c’est chic, comme dirait l’autre. Et dire que l’Amérique fustige les scènes de fête post-attentats dans les pays qu’elle oppresse. Comme un miroir qui leur reflète leur propre bêtise ? D’un pays « civilisé » (sic) à un autre. Il faut dire que Barack Obama traitait les Bostoniens de « héros » dans son discours de président américain mais du genre digne ( parce qu’il portait même une cravate noire, qu’il est génial). Il leur fallait donc être à la hauteur. On nous a même resservi ce bon vieux plat du nom appétissant de « Nous sommes tous des Américains« . Je ne sais pas vous, mais moi je suis Belge, donc je vais devoir nuancer ce bon gros délire mégalo.

La plupart des commentateurs ont mis l’accent sur la différence entre Bush et Obama, sur le fait qu’il n’a pas profité de l’événement pour lancer une nouvelle guerre. Pas folle la guêpe. Attaquer le Caucase, Tchétchénie ou Daghestan, c’est s’en prendre plein sur la gueule par les Russes en représailles. Des Russes qui viennent de réussir à placer de force leurs pions sous la forme de dictateurs sur les trône de président de ces pays pas indépendants. Faut pas faire chier non plus. Même s’il y a pas mal de pétrole et des gaz naturels à piquer là-bas et qu’il n’y a pas plus de preuve du rôle de cette région dans l’attentat que pour l’Irak, faudra passer son tour. Zut. 

On salue aussi le travail des services de police, certains en viennent même à comparer avec la non-réaction des nôtres dans un dossier comme les jeunes Belges en Syrie. C’est vrai quoi. Il faudrait être plus ferme. En tuer quelques-uns puis laisser les autres  dans un tel état qu’ils ne sont plus capable de parler. Problème résolu. Passons maintenant aux chômeurs qui abusent. Feu !

Des Syriens ont affiché sur de grandes banderoles leurs condoléances au peuple américain. Eux au moins, ils comprennent. Un marathon de Boston avec des bombes, trois morts et des centaines de blessés, cela représente quoi dans la vie d’un Syrien ? Deux heures de leur journée ? Allez trois peut-être. C’est quand qu’Obama les traitera de héros ou leur accordera au moins des condoléances ?  

Quand les terroristes auront des dents.

 

« L’enfer, c’est la souffrance des autres. Et retire-moi tout de suite ce sac à dos »

Edito25

Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger pour la caricature

1 Comment

  1. Nicolas

    23 avril 2013 at 9:43

    Et puis il faut se demander aussi dans quelle mesure la violence pour capturer les frères était nécessaire. Un mort et l’autre qui ne sait plus parler à cause de ses blessures à la gorge. Pas sûr qu’il y aura un procès où on abordera la question de la présomption d’innocence. C’est joli un état de droit, mais les tuer pour les capturer ça évite un procès un peu long, et ça permet de redorer le blason du président et du FBI… Et celui qui est encore vivant (pour l’instant!) il faut voir s’il le restera, ou s’il trouveront un passe-passe juridique pour l’enfermer à Guantanamo sans plus se poser de questions.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>