Edito du lundi : Sois Femen ou rhabille-toi !

Chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt !

Cette semaine, André Léonard devait venir blasphémer à l’ULB. Et cette semaine, André Léonard a pu blasphémer à l’ULB. Il a même été aidé. En effet, les Femen belges avaient décidé d’interrompre la conférence, tous seins dehors et poings levés. Face à elles, le stoïque Léonard a à peine bronché, juste le temps d’entamer une petite prière pour leurs pauvres âmes. Il est ressorti grand vainqueur de la confrontation, la conférence a pu continuer, malgré qu »il ait été « effrayé« . Vive le débat démocratique. Et vive Jésus. On aurait voulu renforcer Léonard dans son rôle et sa posture qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

J’aurais pu les aimer, les Femen, vraiment… si seulement elles ne se disaient pas féministes. La provocation, la contestation, tout ça je suis pour. Les emmerdeuses aussi. Dans le pays d’origine de ce mouvement, l’Ukraine, ça fait du bien d’ailleurs d’entendre enfin des cris de rage. Une réaction. De la vie. Un pouvoir central fort, allié à une société conservatrice dans ce pays parfois appelé « le bordel de l’Europe« , un cocktail dangereux qui explique peut-être les raisons de la création des flamboyantes Femen. D’accord.

Mais. Les Femen s’opposent à toute autre forme de féminisme. Pire. Elles ne se gênent pas pour critiquer, et tant pis si ces critiques sonnent des plus sexistes. “Elles me disaient : « Les mouvements féministes qui existent déjà en France, ce ne sont pas des mouvements faits pour les jeunes femmes, mais pour des femmes intellectuelles qui ressemblent à des hommes, qui nient la sexualité, le fait qu’une femme puisse être féminine.C’est pour ça que les Femen attirent de jeunes femmes, parce qu’il n’y avait rien pour nous. « , explique la fondatrice du mouvement Inna à Rue 89. Aïe. Il ne manque plus que le cliché de la féministe lesbienne et/ou frustrée et le compte est bon.

Et puis c’est vrai, les féministes intellectuelles ont donné quoi ? Pas grand chose. Deux trois broutilles. Le droit de vote pour les femmes. Le droit à l’avortement. La réflexion sur le plafond de verre. Entre autres. Les Femen, qu’on-t-elles apportées à la cause féministe? Des doubles pages dans les journaux, des émissions qui leur sont consacrées, une médiatisation dont rêverait n’importe quelle association féministe.C’est bien la preuve qu’elles ne sont pas si contestataires. Qu’elles rentrent dans le moule. Celui de l’exposition du corps de la femme. « La femme n’est pas un objet« . c’est ce qu’expliquent les Femen. En se transformant en objet. Le message passe-t-il vraiment? « On sait de quoi les médias ont besoin. Du sexe, des scandales, des agressions : il faut leur donner. Être dans les journaux, c’est exister. C’est aussi notre seule protection face aux attaques, pendant les manifs ». Les médias font déjà passer le message que le femme doit être belle et sexy. Les Femen n’en changent aucunement les règles.

Rien que le fait de parler de femmes/ féministes féminines, comme si c’était une obligation, est déjà dérangeant. C’est quoi être « féminine » ? Se foutre à poil? Porter des talons ? Une mini-jupe ? Une burqa ? « DSK descend si t’es un homme » ont-elles aussi scandé, alors qu’elles faisaient le pied de grue devant chez lui. C’est quoi « être un homme » ? Porter une barbe ? De beaux costumes? Violer ? Certaines intellectuelles réfléchissent au sens de ces mots, alors qu’on peut se demander si certaines de leurs actions sont bien réfléchies.

« Le nouveau féminisme« , « le féminisme actuel« , « le féminisme pop« , voilà quelques expressions choisies par les médias pour parler des Femen. Ce n’était déjà pas facile de s’avouer féministe en 2013 (ce que je suis, corps et âme, et avec ou sans jupe). Je crains que cela le devienne encore plus.

« Rhabille-toi maintenant, tu vas prendre froid. Tiens, un livre ou deux à lire. Ça te fera les pieds  »

Edito26

Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger  pour la caricature

1 Comment

  1. jean connard

    29 avril 2013 at 3:17

    Bien dit.

    Sinon:
    Les emmerdeuse – ouch xd
    Entre autre (autres, non?)

    J’aime bien la caricature, aussi xd

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>