Edito du lundi : Comme un poisson dans l’eau

Chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt !


La Pige a déniché plusieurs scoops cette semaine. Niveau urbanisme, l’ULB a pris plusieurs décisions. Contre la pluie tenace et la neige, mais aussi contre l’insalubrité de certains bâtiments et autres auditoires (pensons notamment au Janson, qui, un jour, a été un bâtiment prestigieux, maintenant il concurrence même Le Colisée, vu que oui: il pleut à l’intérieur), une énorme coupole sera construite au-dessus du Solbosch. Les autorités reprennent une idée de la Ville de Bruxelles telle qu’imaginée pour isoler la Rue Neuve des éléments naturels. Fini d’arriver dégoulinants dans son auditoire parce qu’on a oublié son parapluie et plus question de rénover les bâtiments délabrés. Tout bénef. Un héliport sera aussi (et enfin) construit au-dessus du bâtiment Solvay. Tout le monde se demandait en effet à quoi servait l’énorme trou sur le paravent devant le bâtiment. Il sera donc comblé, et permettra aux mieux nantis d’éviter les embouteillages. A voir comment ce projet pourra fonctionner avec celui de la nouvelle coupole. L’ULB a également acheté le Bois de La Cambre, pour y construire une gigantesque piscine. « C’est vrai, les arbres à quoi ça sert au fond« , se demande ainsi un étudiant de Solvay, qui désire rester anonyme. « Au moins maintenant, on aura directement la vue sur Uccle« .

Changement aussi pour le recteur, qui a annoncé qu’il comptait réformer la procédure d’élection. Il y aura d’autres candidats que…lui. Plus démocratique selon lui. Il a également prévu d’aller très prochainement distribuer de l’eau, potable, dans les territoires palestiniens. Les demandes d’organisation de conférences et de débats ne passera plus par un comité de censure. Il sera même à nouveau possible de débattre sur les pelouses. Il y va fort.

Certaines réflexions tournent aussi autour de la création d’une coupole dans le bureau du recteur. Non pas pour l’isoler des intempéries, il ne risque pas de pleuvoir dans son bureau, mais pour l’isoler des critiques, qu’il prend de plus en plus mal.

C’est parce qu’il aime tellement son métier qu’il se sent comme un poisson dans l’eau à l’ULB.

 

Edito23

 

Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger pour la caricature

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>