Harlem Shake from ULB

Et voilà! Nous avons notre « Harlem Shake » version ULB! Plusieurs dizaines d’étudiants se sont réunis ce vendredi 1er mars dans un auditoire pour tourner la version bruxelloise de cette danse qui fait le buzz dans les universités du monde entier et sur la toile.

 

harlemshake

 

Le tournage ne sera pas long, mais tous les ingrédients sont réunis.

Musique en fond sonore. Un auditoire de l’université, des étudiants qui assistent à un cours. La caméra tourne. Un étudiant avec un casque de moto monte sur un banc et danse, au milieu de l’indifférence de tous. Quinze petites secondes, et on coupe. En un instant, changement radical de scène : l’ensemble calme des étudiants s’est mué en une masse de personnages plus improbables les uns que les autres, se déhanchant sur le rythme effréné de la musique. Chacun porte un déguisement, joue son personnage. Un couple s’embrasse langoureusement à gauche, tandis qu’un homme torse nu fait le poirier à droite. Deux zèbres apprécient les rythmes de la musique, alors qu’une massue de Cro-Magnon émerge de la foule. Encore quinze secondes et la caméra s’arrête.

Appuyez de nouveau sur « play » et vous découvrirez de nouvelles scènes et de nouveaux personnages encore plus étonnants.

 

 

L’ULB a donc apporté sa contribution à la série de mèmes « Harlem Shake » qui se multiplient en ce moment sur le net. Après les universités américaines, britanniques, françaises et autres, voici la version de l’université bruxelloise. Et le pari est réussi, les étudiants sont au rendez-vous avec leurs déguisements et accessoires loufoques, exécutant les chorégraphies les plus inattendues.

Le « Harlem Shake », c’est le phénomène du moment, la danse qui fait le buzz sur la toile. Des gens du monde entier ont filmé puis diffusé sur internet leurs déhanchements. A l’origine, c’est une vidéo de jeunes australiens qui utilise un morceau du DJ Baauer nommé « Harlem Shake ». Elle est postée sur Youtube en février dernier, et le succès est immédiat : trois semaines après, elle a été visionnée plus de 17 millions de fois. Les détournements se multiplient, avec un format commun : sur trente secondes de film, la première partie nous montre une personne qui danse au milieu de l’indifférence des autres, puis la seconde partie enchaine avec l’ensemble des personnes présentes qui bougent, affublés de toutes sortes d’accessoires.

Wakim, un des organisateurs, nous en dit un peu plus : « Après avoir vu le phénomène « Harlem Shake » débarquer dans des universités du monde entier, et le succès déclenché par chacune des vidéos publiées sur internet, nous avons pensé à réaliser une vidéo au sein de l’ULB avec ses étudiants. Après avoir obtenu les autorisations de l’administration, tout s’est enchainé très vite : nous avons lancé l’évènement sur Facebook, fait un peu de publicité, et en deux ou trois jours le projet était lancé. » En effet, sur le réseau social plus de 600 personnes avaient répondu présentes en quelques jours. « Le fait de tourner cette vidéo permet de refléter le côté estudiantin festif de l’université, et par la même occasion de faire sa publicité. » Et à propos du succès du phénomène « Harlem Shake » : « C’est très facile à réaliser, il suffit d’une petite caméra, de quelques personnes, trente secondes de tournage. C’est donc accessible à tout le monde. »

Le mot d’ordre pour le seconde moitié de la vidéo était : « ça devient n’importe quoi ! » Ils ont pu danser et se défouler dans un auditoire, et en plus ça risque faire le buzz sur internet. Un rêve d’étudiant réalisé ? Des fous rires et un bon moment à garder en mémoire en tout cas.

 

Cécile Lienhard

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>