Edito du lundi : prenez et mangez-en tous, ceci est le corps du pauvre livré pour vous

Chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt !

Bonne nouvelle cette semaine. Enfin du sang neuf à la tête de l’Eglise catholique romaine. Qu’est-ce que ça fait du bien. Jugez plutôt. Un homme. Vieux. Blanc. Anti-homo, anti-préservatif, anti-avortement. Un vrai réformateur.

C’est qu’il a tout compris, le ptit François. En ce moment de crise économique, mais aussi de crise de foi(e) (oui, c’est l’ indigestion : les gens se débaptisent à la chaîne), se donner pour surnom « le pape des pauvres », c’est bien vu. Ça fait plus de fidèles concernés. On ne manque en effet pas de pauvres en ce moment. C’est, comme qui dirait, une valeur sûre. Paf, dans le mille.

Il a choisi son nom, François 1er, à cause de Saint-François d’Assisse et de son vœux de pauvreté. Etre pauvre par choix, quel luxe ! Il paraît même qu’il utilisait les transports en commun et qu’il refuse maintenant de porter les habits luxueux dignes de son nouveau statut ! Retenez votre souffle :  le pauvre est sauvé. 

Après le président « normal », voilà le pape des « pauvres » (oh tiens, deux François!), autant de qualificatifs qui servent à les rapprocher du bas-peuple, eux dont la fonction les en éloigne.

Rien de bien neuf en fait sous le soleil du Vatican, État qui, lui, ne connait pas la crise.

 

Image

Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger pour la caricature

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>