A vos marques, prêts, partez pour les jeux Olympiques de la STIB !

L’association « Homo stibien » dénonce la dérive sécuritaire de la société de transport public bruxelloise, la STIB. Ils entendent lancer le débat par une action ludique, qui commence vers 16h aujourd’hui. La STIB a déjà réagit en condamnant l’évènement.

 

558075_570040249672978_269640177_n

 

« La STIB est-elle encore accessible à tous le monde ?« . C’est l’une des questions que pose le collectif « Homo stibien » en lançant les Jeux Olympiques de la STIB ces 1 er et 2 mars, une action de désobéissance civile. « Une action ludique et comique pour lancer le débat« , explique l’un des membres du collectif.  Comme les cinq anneaux olympiques, il y a cinq points problématiques, autour desquels s’articuleront cinq épreuves :  les tarifs prohibitifs, les portiques, les caméras de surveillance, les contrôles et la publicité qui envahit les stations.

Le collectif « Homo stibien » dénonce les dérives sécuritaires de la STIB, pour lesquelles « il y a beaucoup d’investissements ».  « Cela va de plus en plus loin, on sait aussi qu’un des projets de la STIB est de faire appel à des sociétés privées pour assurer la sécurité. Est-ce qu’on est encore dans un service public? « . Le collectif interroge aussi « les cartes MOBIB, dont on ne sait toujours rien au niveau de la protection des données personnelles« . Et de rappeler les contrôles intempestifs lors des 20 kilomètres de Bruxelles, où de consignes contradictoires avaient été données aux participants. Ils pensaient pouvoir utiliser les transports publics gratuitement.

C’est vrai que la STIB se retrouve de plus en plus au cœur d’interrogations profondes, notamment lorsqu’un mail interne révélait des consignes pour les contrôleurs : au moins 10 P.V à dresser, par jour ou lorsque des policiers se sont mis à patrouiller dans les métros, trams et bus.« Il faut rappeler par exemple que la mort du chauffeur de bus est due à une altercation avec un automobiliste, et pas avec un usager de la STIB« , précise le membre du collectif.

La STIB, elle, a déjà condamné l’événement. La porte-parole de la STIB, An Van Hamme, a indiqué que les campagnes de la STIB portaient sur le « respect  » des règles dans le transport public et qu’il ne pouvait « tolérer ce type d’action« .

« Cela prend de l’ampleur et ça nous dépasse un peu. Nous précisons que nous serons en règle et que nous aurons tous un abonnement. Les consignes seront précises, il ne faut pas dégrader« , termine le membre du collectif. « Nous avons reçu des mails très positifs et aussi bien sûr des réactions plus négatives, comme celle de la STIB « .

Le rendez-vous est à 16h au café « Verschueren »(parvis de Saint Gilles) ces 1er et 2 mars.
Tenue sportive recommandée !

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>