[Le match des séries] Scandal Vs. Homeland

Des deux séries à succès du moment, laquelle l’emportera lors de ce premier match des séries sur La Pige ? 

  • « Scandal » : Olivia Pope et associés

 

 Scandal-Season-1

État des lieux : Scandal est une série américaine créée par Shonda Rhimes en 2012. Elle compte deux saisons. La seconde est en cours de diffusion aux États-Unis.

L’histoire : Olivia Pope est une jeune femme brillante, dont le métier est d’arranger les (gros) problèmes de ses clients. Officiellement, elle est experte en relations publiques. Elle est entourée d’une équipe constituée entre-autres d’une détective, d’avocats et d’un ancien agent secret. Tous vivent selon une règle : toujours suivre l’instinct d’Olivia. Ce qui se complique lorsque l’ancien amant très présidentiel de la belle refait son apparition. Entre clients et politique, Olivia lutte pour déterrer et protéger la vérité.

Le casting : Kerry Washington joue Olivia Pope. Cette actrice est loin d’être une inconnue. Elle obtient son premier succès grâce à Save the Last Dance en 2001. Depuis, elle enchaîne les rôles. De la femme de Ray Charles (Ray) à celle de Django (Django Unchained) dans le dernier Tarantino en passant par Boston Justice, la comédienne conjugue cinéma et télévision et incarne avec conviction une Olivia Pope aux prises avec ses sentiments.

Tony Goldwyn joue le Président américain Fitzgerald Grant. A 52 ans, il est surtout (re-)connu pour son rôle dans Ghost en 1990. Oui, c’était lui le supposé meilleur ami de Patrick Swayze. Depuis, l’homme alterne comédie, réalisation, cinéma et télévision. Il campe avec brio un homme déchiré entre son amour pour sa patrie et son amour pour Olivia.

L’alchimie entre Washington et Goldwyn crève l’écran.

Jeff Perry joue Cyrus Beene, le Chef de Cabinet de la Maison Blanche. Les aficionados de séries l’auront reconnu : il jouait le problématique frère de la Vice-Présidente des États-Unis dans Prison Break. Depuis le début de sa carrière en 1978, l’acteur est en fait apparu dans des dizaines de séries. Fait intéressant : il a dirigé Claire Danes pendant quatre épisodes d’Angela, 15 ans. Jeff Perry alterne à merveille les scènes de complicité avec son mari et celles concernant la sûreté de l’État. En incarnant Cyrus Beene, il touche au sommet de la duplicité d’un personnage.

Points forts : Comme à son habitude, Shonda Rhimes crée des personnages complexes et attachants. Ce n’est pas tous les jours que l’homme réputé le plus puissant du monde est décrit en proie aux doutes. La scénariste parvint humaniser la figure du Président des États-Unis comme personne. Nous sommes face à un homme responsable de millions de vie, et pourtant nous avons envie de le réconforter lorsqu’il souffre en plein milieu d’une peine de cœur, comme on en a tous connus. Olivia Pope est cette guerrière en quête de vérité et de justice. Mais elle est aussi une tendre amoureuse. Cyrus Beene est lui la démonstration qu’un rôle retors peut être disponible pour ses amis et sa famille. Comme dans la vraie vie, les personnages de Scandal ont plusieurs aspects. Aucun d’entre eux n’est tout blanc ou tout noir. Ce qui donne envie d’ en apprendre toujours plus sur eux.

L’autre force de Scandal, c’est son rythme effréné. Entre les affaires d’Olivia et ses allers-retours à la Maison Blanche, le téléspectateur n’a pas un moment de répit. Il reste scotché à son écran. Écrite comme un thriller, la série est hautement addictive. La Pige vous met au défi d’essayer de n’en regarder qu’un seul épisode.

Point faible : Il arrive souvent que des séries dont la première saison est excellente s’essoufflent légèrement lors de la saison 2. Scandal est malheureusement de celles-ci. Comprenons-nous bien : la saison 2 toujours en cours et est de qualité. Elle est cependant beaucoup trop orientée vers le complot. Comme dans beaucoup de séries actuelles, il y a une trame derrière l’histoire. Dans X-Files, Mulder et Scully résolvaient des énigmes tout en gardant à l’esprit le complot extra-terrestre. Olivia s’occupe de ses clients, mais au-dessus d’elle flotte le nuage menaçant d’un complot d’État. Complot au centre de la saison 2. Il reste quelques épisodes à Shonda Rhimes pour redresser la barre cette saison. Les téléspectateurs ont besoin qu’elle allège le complot en redonnant à Olivia une véritable vie professionnelle dans son cabinet.

Actualité : Scott Foley (Felicity, Grey’s Anatomy) rejoint le casting de Scandal. L’acteur retrouve Shonda Rhimes pour un arc narratif de plusieurs épisodes dans la seconde saison. Son rôle serait capital.

Le teaser de l’épisode 2×14 (attention spoilers !)

  • « Homeland » : Carrie Mathison contre Nicholas Brody

 

poster

État des lieux : Homeland est une série américaine créée par Alex Gansa, Gideon Raff et Howard Gordon en 2011. Elle compte deux saisons. La troisième démarre en septembre sur la chaîne câblée Showtime. La série est l’adaptation de la série israélienne Hatufim, créée par le même Gideon Raff. Hatufim en est à sa deuxième saison.

L’histoire : Carrie Mathison est agent de la CIA. Elle respire, mange… vit CIA. Lors de sa dernière mission en Afghanistan, l’une de ses sources lui apprend qu’un militaire américain travaille maintenant pour des terroristes. Peu de temps après, le sergent Nicholas Brody est libéré. Il est resté prisonnier d’islamistes pendant huit ans. Alors qu’il se réhabitue à son ancienne vie, Carrie s’investit corps et âme afin de prouver que Brody est le militaire dont sa source parlait. Et ainsi éviter un nouvel attentat sur le sol américain.

Le casting : Claire Danes joue Carrie Mathison. L’actrice de 33 ans a connu son premier grand rôle dans une série télévisée. En 1994, elle est choisie pour incarner l’héroïne d’Angela, 15 ans. Si la série ne dure qu’une saison, le visage de Claire Danes reste gravé dans la mémoire de toute une génération de téléspectateurs. Mais c’est lorsqu’elle joue Juliette dans le Romeo + Juliette de Baz Luhrmann, en 1996, que sa notoriété atteint son apogée. Depuis, Claire Danes n’a jamais quitté le grand écran. C’est pourtant le petit qui lui redonne le statut de star. Dans Homeland, elle incarne brillamment le rôle compliqué de Carrie, agent secret bipolaire.

Damian Lewis joue le sergent Nicholas Brody. Ce n’est pas le premier rôle de soldat pour l’acteur anglais. En 2001, il se fait remarquer dans la série Frères d’armes de Steven Spielberg et Tom Hanks. Il enchaîne ensuite les rôles au cinéma. En 2007, retour à la télévision. Durant deux saisons, il incarne le héros de Life, un policier qui retrouve sa vie après avoir passé des années en prison pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Un rôle presque prémonitoire, qui annonce celui qui sera le sien dans Homeland. Damian Lewis interprète avec subtilité les multiples facettes d’un homme traumatisé.

Mandy Patinkin joue Saul Berenson, le supérieur de Carrie. Après avoir claqué la porte d’Esprits Criminels (série trop violente à son goût), l’acteur de 60 ans retrouve ici un rôle à la portée de son talent. Présent sur les écrans depuis 1979, il alterne cinéma et télévision. En 2003 il joue dans la série Dead Like Me. Cet ovni télévisé trop vite annulé donne le ton des futurs rôles de Patinkin sur le petit écran. Il y incarne le mentor de l’héroïne, comme avec Reed dans Esprits Criminels et Carrie dans Homeland. L’acteur mêle avec justesse intelligence et instinct paternel dans son interprétation.

Points forts : Ce qui caractérise Homeland avant tout, c’est la solidité du scénario. Mêlant politique, amour, action, suspense, la série mérite amplement son succès. Et ses 14 récompenses, notamment lors des Emmy Awards ou lors des dernières Golden Globe. Car l’histoire de Homeland est plutôt dense. Un agent de la CIA est décidé à prouver au monde entier qu’il a tort ? Peu alléchant pour les amateurs de détente. Et pourtant. Une fois happé, le téléspectateur ne peut plus zapper. Au sommet de leur art (surtout dans la saison 1), les scénaristes adoptent un rythme trépidant. Ils décomposent l’histoire en plusieurs arcs narratifs, la rendant instantanément plus digeste. Ce qui aurait pu n’être qu’une série militaro-policière devient le récit de vie des personnages. Et permet au spectateur de s’identifier à eux. Une fois attaché, plus question pour lui de rater la résolution de l’intrigue. Une intrigue écrite avec brio. Bien que complexe, elle n’étouffe jamais le téléspectateur. Au moindre alourdissement, les scénaristes changent de cap, ne perdant jamais l’attention du public.

Homeland repose aussi sur un casting d’une grande qualité. En tête, Claire Danes et Damian Lewis livrent une prestation sans fautes. Ils sont habités par leurs personnages. C’est d’ailleurs sans surprise que Danes décroche le Golden Globe de la meilleure actrice dans une série dramatique (2013). Ce duo de talent galvanise le reste des acteurs.

Entre son scénario et son casting,  Homeland atteint le statut d’œuvre télévisuelle.

Point faible : L’un des points forts d’Homeland est également son point faible. Comme nous l’avons dit, Damian Lewis campe un excellent sergent Brody. Il devient vite difficile de s’imaginer la série sans lui. Et c’est là que le bât blesse. Car si la série reste de qualité, la vie « normale » du personnage de Brody semble parfois artificiellement prolongée. (ATTENTION SPOILERS !) Cela commence dès la fin de la première saison. Pour une fois, les scénaristes choisissent la facilité, et font appel à la si populaire perte de mémoire. Carrie découvre un détail incriminant Brody ? Effaçons-le tout simplement, cela nous donnera du rab’ d’épisodes ! A plusieurs reprises lors de la saison 2, il est peu crédible de voir Nicholas Brody continuer presque impunément. C’est d’autant plus douloureux que le reste du scénario garde la même qualité. Damian Lewis est annoncé au casting de la troisième saison. L’occasion peut-être pour les scénaristes de relever la barre. Quand on sait qu’ils ont enfin fait de son personnage l’ « Ennemi Public Numéro 1″, ils semblent sur la bonne voie

Actualité : Alex Gansa, Howard Gordon et Alexander Cary (scénaristes et producteurs d’ Homeland) se lancent dans une nouvelle série. Anatomy of Violence est l’adaptation du livre d’Adrian Raine. L’histoire suit un expert en psychologie criminelle et la jeune détective avec qui il fait équipe. Autant dire que les attentes sont déjà très élevées.

Le teaser du retour de la série en 2013 (attention, encore des spoilers !)

  • Et le gagnant est… (roulement de tambour) : Homeland  !

Les deux séries sont de qualité et permettent aux téléspectateurs de passer un bon moment devant une production intelligente. Cependant, si toutes deux se retrouvent du côté de la loi et de l’ordre, Homeland semble être la version adulte de Scandal. Plus mature, mieux écrite, elle évite les fioritures et transcende son public. Une série immanquable.

Mathilde Corberand

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>