Créateurs en série

Le créateur de Lost réalisera le prochain Star Wars, le cerveau derrière House s’attaque à sa nouvelle série, Marc Cherry passe des Desperate Housewives à un casting incluant un ancien rappeur… Chaque jour apporte son lot de nouvelles séries. Derrière elles, toujours des créateurs. Certains sont vénérés, d’autres à peine cités. Mais ils sont toujours présents, dans l’ombre.

Le Wonder Boy:

jj-abrams1

J.J. Abrams fait partie de ces créateurs adulés. Et ce monsieur est plutôt occupé. Actuellement, il fait la promotion de son dernier film, Star Trek Into Darkness. Il vient aussi d’être choisi pour réaliser le prochain Star Wars. Comment le père de la série Felicity est-il devenu le prochain George Lucas ? A coup de patience. Car celui dont on ne peut plus oublier le nom depuis le succès de Lost a fait ses armes plus anonymement. Jeffrey Jacob Abrams est d’abord un scénariste. Il écrit notamment pour les films Forever Young et Armageddon. Puis il se lance dans la création. L’homme aux multiples casquettes (il compose et joue aussi) commence par un succès. Felicity passe quatre saisons à l’antenne et révèle des talents comme Keri Russell ou Scott Speedman (aujourd’hui au casting de la série Last Resort). La série permet aussi à J.J. de trouver l’héroïne de sa prochaine création. Alias met l’actrice Jennifer Garner en vedette. Elle joue l’espionne pendant cinq saisons. Le nom d’Abrams est alors connu à Hollywood. Lost étend cette reconnaissance au monde entier. Mais l’homme ne s’arrête pas pour souffler. Il continue au cinéma, tout en créant la série Fringe. Un autre succès. Ce touche-à-tout semble parti pour durer sur nos écrans. Entre son rôle de producteur pour la série Revolution et ses films à venir, on ne reverra pas J.J. Abrams à New York avant longtemps. 

J.J. Abrams parle de Star Wars

Les revenants:

D’autres créateurs ressemblent à J.J. Abrams. Ils enchaînent succès sur succès. Ryan Murphy se distingue par sa diversité : de la série adolescente (Popular) à la série dérangeante (Nip/Tuck), en passant par Glee, ses créations bouleversent nos écrans depuis 2000. Cette saison, on le retrouve derrière The New Normal et American Horror Story. Mais intéressons-nous aux créateurs dont la carrière a connu des hauts et des bas. Jason Katims est de ceux-là. En ce moment ? Il connaît des hauts. John Favreau (Iron Man) accepte de réaliser pour lui le pilote de sa nouvelle création, la version télévisée d’About a Boy. Et sa série Parenthood en est à sa quatrième saison. Jason Katims s’est accroché pour en arriver là. Il débute en 1994, en tant que scénariste d’Angela, 15 ans. Cette série est un succès. Cinq ans plus tard, Katims crée son propre succès. La série Roswell est suivie par des millions d’adolescents dans le monde entier. Elle devient un phénomène, du même ordre que Buffy contre les Vampires. Elle ne dure cependant que trois saisons. Jason Katims redevient scénariste. Il crée alors la série The Wedding Bells en collaboration avec David E. Kelley (le père d’Ally McBeal). La série dure sept épisodes. Enfin, en 2010, la consécration arrive. Katims se lance dans la série familiale. Il s’entoure d’un casting rodé à l’exercice de la télévision. Peter Krause (Six pieds sous terre), Lauren Graham (Gilmore Girls), Monica Potter (Boston Justice)… La famille Braverman devient chère au cœur de très nombreux fans. Et permet à Jason Katims d’enfin convaincre la profession. Il peut alors se tourner vers sa nouvelle création: About a boy, basée sur le livre de Nick Hornby. D’ici quelques mois, deux séries signées Katims devraient être diffusées simultanément. Une première.

Jason Katims

Jason Katims et son équipe évoquent « Parenthood » à l’ATX Television Festival 2012

L’adolescente:

A l’image de Jason Katims, Aaron Sorkin a lutté. Ce génie de l’écriture est l’heureux créateur de la série A la maison Blanche. Mais après sept saisons au sommet, c’est la douche froide. Sa nouvelle série, Studio 60 on the Sunset Strip, est un échec. Sorkin met cinq ans pour revenir à la télévision. Il est aujourd’hui derrière The Newsroom. La série dévoile les coulisses d’un journal télévisé américain. Il fait également une apparition dans la saison 25 des Simpsons. Le petit écran semble à nouveau à lui. Il semble aussi appartenir à Shonda Rhimes. La créatrice de Grey’s Anatomy est partout. Mais à l’heure où Private Practice tire sa révérence, Rhimes doit défendre Scandal, l’une de ses séries à l’antenne. L’association Parents Television Council attaque car un épisode seulement déconseillé aux moins de 14 ans comporte une scène de torture de trois minutes. Une broutille pour la femme qui a su se faire un nom dans un milieu d’hommes. Elle doit cette réussite à son évolution permanente. Comme une adolescente, Shonda Rhimes se construit. Chacune de ses créations est plus complexe que la précédente. Rhimes est scénariste depuis 1997. Après des années de vaches maigres, elle écrit pour le film de Britney Spears (Crossroads), ainsi que pour Un Mariage de Princesse. En 2005, elle crée son plus gros succès à ce jour: la série Grey’s Anatomy. On y retrouve le côté « girly » des films, mais on y découvre aussi son goût pour le drame et le féminisme. Jamais auparavant, une série aura porté à l’écran des personnages féminins aussi justes et loin des caricatures et clichés usuels (un des personnages est une femme qui ne veut pas  d’enfants, par exemple). Le spin-off Private Practice est également un succès. Mais il en faut plus à la créatrice. 2012 voit naître Scandal. Dans cette série, Rhimes dévoile son amour de la politique et du suspense. Et elle le fait avec justesse. Scandal est son chef d’œuvre. Quelle sera la prochaine étape ?

Shonda-Rhimes-signe-un-nouveau-projet-seriel-Under-the-Gun-pour-NBC_portrait_w532

Shonda Rhimes, entourée de ses amis

Des créateurs à surveiller dans les années qui viennent, en espérant qu’ils continuent à nous surprendre. Et en attendant une nouvelle fournée de réalisateurs de génie.

Mathilde Corberand

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>