Interview : Russie, homophobie et démocratie

Si la Russie a fait la Une de l’actualité ces dernières semaines parce qu’un acteur français a estimé qu’elle était une « grande démocratie« , force est de constater que tout le monde n’a pas le même impact médiatique qu’une « star » millionnaire. Les associations défendant les droits des lesbiennes, gay, bisexuels et transgenres (LGBT), par exemple, qui risquent bientôt d’être réduites au silence. Dans la plus grande des indifférences. En effet, ce mardi 22 janvier, la Douma examinera en première lecture le projet de loi interdisant toute « propagande pour l’homosexualité », de son petit nom l’article 6.13.1. Des associations LGBT russes ont lancé un appel international à manifester qui a été entendu jusqu’en Belgique. Ce mardi, une manifestation est organisée devant l’ambassade de Russie, à Bruxelles, dès 12h. Trois questions sur le pouce à l’organisateur, Pablo.

 

537257_10200424089511192_293010785_n

 

 

C’est quoi, l’article 6.13.1 ?

« Cette loi censurera le travail des associations LGBT, permettra de licencier un prof homosexuel, interdira de parler d’homosexualité en terme positif à l’école et dans les médias, censurera tout débat au sein des universités… sous peine de lourdes sanctions. Cette loi interdira également toute manifestation LGBT, alors que la liberté d’expression est déjà mise à mal pour les gays et les lesbiennes en Russie à l’heure actuelle. Enfin, et de toute évidence, cette loi ouvre la porte à une certaine légitimation des actes homophobes. Ce qui est particulièrement inquiétant. Hier, en effet, des LGBT ont tenté de protester dans la ville de Voronezh, mais ont été rapidement arrêtés par la police, et attaqués par des fascistes. C’est que l’attitude homophobe des autorités russes laisse le champs libre aux violences fascistes, ceux-ci se croient tout permis dans ce contexte. Les LGBT russes seront davantage en danger demain après l’approbation de cette loi! »

Qu’est-ce que vous demandez ? 

« Le retrait de ce projet de loi liberticide,  l’arrêt de l’homophobie institutionnalisée et une vraie liberté d’expression en Russie. Il faut faire tout le contraire, nous avons besoin d’une lutte contre l’homophobie de la part de l’État, censé protéger les minorités« .

 


71834_10200410281325996_41418161_n

Est-ce que cela fait partie d’un contexte général de recul des droits, tel que les manifestations en France et celles en Belgique contre le mariage gay ?

« Il est vrai que cette période est particulièrement difficile pour les personnes LGBT. Entre les manifestations homophobes en France, cette loi en Russie, et le troisième meurtre homophobe en Belgique en moins d’un an… cela montre bien que rien n’est acquis, que chaque liberté que nos ainés LGBT ont gagnée peuvent être aujourd’hui remise en question, et qu’il faut rester vigilant. D’un autre coté, ce qui est particulièrement intéressant, c’est que la manif demain n’est pas organisée uniquement par des associations LGBT, et c’est déjà une très belle victoire. De nombreuses associations de la société civile, féministes, syndicales, laïcs… appellent au rassemblement devant l’ambassade russe« .

 

Informations :

Quand : mardi 22 janvier, de 12h à 13h

: Avenue de Fré, 66 – 1180 Bruxelles

L’event Facebook

 

Propos recueillis par Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>