Baden Baden : mélange des genres au Botanique

Baden Baden a joué à la Rotonde hier soir. Fort de leur premier album Coline, ils sont un des groupes français indé qui montent. Je les avais vu au Brussels Summer Festival en 2011 et avais été déçue. J’ai décidé de leur donner une deuxième chance. Et heureusement, car c’est une très belle prestation qu’ils ont livré au public du Botanique.

 

banner-lapige

 

Un peu après 20h, voilà les cinq musiciens sur scène, loin de la station balnéaire allemande qui a donné le nom au groupe. Jeux de lumières aériens, sourires entre les musiciens et premiers accords, la soirée s’annonce folk comme il faut. C’est alors que le chanteur, casquette vissée sur la tête, entame le premier couplet de « Je vais Je sais« , et le concert de prendre une tournure plus pop, avant que le batteur se lance dans l’intro d’une version rock de « La Descente« , la trompette et le piano finissant de donner des tonalités très jazzy à certains morceaux. Et c’est là, la force de ce groupe sur scène, celle de nous emmener là on ne s’attend pas à les voir. Plus qu’un groupe pouvant être classé « pop-folk », les Baden Baden mélange les genres avec harmonie, dépassant les étiquettes.

 

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Le groupe a le sens de la mélodie et de l’ambiance soignée. La Rotonde y est pour quelque chose, tant la salle se prête à la définition d »intimiste ». Elle permet même le dialogue entre les musiciens et le public, assis à quelque mètres d’eux. « Comment, ça va?  » lance le bassiste, « C’est génial jusqu’ici« , s’écrie une voix depuis le public. « Espérons que cela continue alors« , répondra-t-il, en souriant. Inimaginable à peu près partout ailleurs.

 

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

 

 

Après le morceau « Évidemment« , dont certains dans le public connaissent visiblement les parole par cœur, place au très bon morceau « 78 » et à « Good Heart« , qui finit le concert. « C’est le dernier morceau« , explique le chanteur. « Oh non« , répond quelqu’un dans la salle. « Je veux la chanson The Book« , réplique une voix féminine, qui, ceci dit, la réclame depuis le début du concert.

 

 

 

Fausse alerte, les cinq garçons reviendront pour un morceau de rappel. Confirmant tout le bien qu’on pensait d’eux depuis le début de leur concert, le chanteur prend alors le temps de s’adresser à la jeune femme qui réclamait « The Book » à cors et à cris : « La vérité, c’est que je n’ai plus chanté ce morceau depuis trois ans. Mais je vais le faire a capella, si tu le chantes avec moi bien sûr« , avant de se lancer.

 

 

La jeune femme est ravie (« Raaah, j’adore« )  et les Baden Baden ont montré qu’ils n’étaient pas là seulement pour jouer leur setlist bilingue et retourner boire leur bière en coulisse en se montrant accessible et à l’écoute de leur public. Chapeau.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>