L’édito du Lundi : Qui veut sauver le sapin de Noël de la Grand Place ?

Chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt ! 

Camille Wernaers et Cédric Dautinger

Pas moi.

C’est un conte de Noël qu’on ne connaissait pas encore. Le début de l’histoire est maintenant connue : la Ville de Bruxelles a décidé de remplacer le traditionnel (sic) sapin de Noël de la Grand Place par une installation lumineuse, sponsorisée (re-sic) par Electrabel, le tronc étant remplacé par un escalier, qui, une fois monté, permet d’avoir une vue panoramique sur la Grand Place et Bruxelles, à 19 mètres du sol. L’entrée est gratuite pour les enfants, 4 euros pour les adultes. Bénéficiaire de l’action: le SAMU. Un beau projet, d’autant plus que tout sera en LED, consommateur de peu d’énergie.

Le conte aurait pu s’arrêter là. Mais une député bruxelloise CD&V, Bianca Debaets, qui, visiblement, est payée pour chercher les emmerdes, a décidé de jeter un peu d’huile sur le bûcher. Rien de dramatique. Deux petites phrases. On aurait abandonné le sapin pour « des motifs religieux« . Tout le monde a compris : pour ne pas froisser les musulmans. Bien sûr.

Voilà le sapin qui se trouve au milieu d’une polémique pas aussi brillante que le LED. Et la députée de continuer : « qu’arrivera-t-il ensuite ? ». 

Merci Bianca, merci, merci, merci de poser LA question. Il est facile d’y répondre. Ensuite donc, c’est la retraite repoussée à 67 ans. Ensuite, c’est la remise en cause de l’index (que le CD&V, surtout, soutien. Ironique ?). Ensuite, c’est la vie des 920 employés de Belfius, malgré que les gouvernements belges et français aient décidé de recapitaliser la banque.

Ah tiens, pour ça, il y a de l’argent.

Mais Bianca ne parlait pas de ça. La fin de sa phrase était la suivante : « la suppression des œufs de Pâques parce qu’ils se réfèrent à Pâques ? ». Bien sûr.

Bravo Bianca de rester si proche des considérations des gens. Il est vrai que dans le contexte actuel, c’est le chocolat des œufs de Pâques qui doit nous effrayer. Voilà un nouveau péril à la portée de la vindicte populaire. C’est que Bianca s’y connait. On n’agite pas les foules avec des problèmes aussi compliqués que l’index. On lui balance à la tronche des petits os à ronger. Si cela permet de taper sur un musulman ou deux,  sur celui qui vit dans la maison ou la commune d’à côté, c’est encore mieux. Ça part plus vite. Ça devient une pétition, une page Facebook, des appels à manifester et des pages et des pages et des pages d’horreurs. Cracher de la haine sur la toile, souvent caché derrière un pseudo, nouveau sport en vogue. Surtout qu’en plus, je n’ai jamais vu un seul musulman se plaindre de ce sapin. Ni des juifs, ou des protestants, ou des bouddhistes ou des orthodoxes. Et si les chrétiens se sentent en danger ou envahis, ce n’est pas la conclusion d’un rapport d’Amnesty.

Morceaux choisis (sans correction de l’orthographe, parce que c’est trop bon) :

« ils suppriment le sapin et bientot ,ils remplaceront le tapis de fleurs par des tapis de prières !!!! », « Il on rien avoir avec nos tradition si eu il ecorge un mouton nous on dit rien alors qu il arrete leur connerie« , « C’est du grand n’importe quoi les autres la ils nous fond bien chier avec leurs voile et fête du moutons et ramadan ect ect et la on ne fait rien alors que désolée on reste en Belgique on est pas un pays musulman a se que je sache…« , « Bientôt le palmier de Noël« , « la nouriture allal,les mosquets,le voile ++++ ,et bien vite un minaret a la place du sapin »

Le tout pour un sapin.

Et voilà comment un conte de Noël se met à ressembler à une histoire d’Halloween. Le sapin devient symbole de la lutte entre la tradition des uns et la tradition des autres. On remarquera, c’est plutôt éloigné de l’esprit de « Nowel », si cher à ceux qui éructent leur conneries sur la toile. Si on avait voulu s’en prendre aux motifs religieux, on s’en serait d’abord pris à la crèche de la Grand Place. On aurait même pu laisser le sapin, symbole païen, avant d’être repris par les chrétiens pour faciliter la conversion des « infidèles », tout en pourchassant et exterminant tout ceux qui ne voulait pas d’un dieu monothéiste.

Totalement athée, je n’avais pourtant rien contre ce sapin. J’aurai même été d’accord qu’on débate du fait d’en couper chaque année, de le transporter depuis le trou du cul du monde pour le planter au milieu de touristes, en utilisant le triple de son poids en CO2, contre la dépense énergétique d’une structure  métallique en LED. Mais après la polémique des derniers jours, qu’il reste dans sa forêt. On n’en a plus besoin.

 

Hé Bianca, tu sais quoi ? Si tu veux un sapin, tu peux en mettre un dans ton salon. Ou tu peux aller voir l’installation lumineuse de la Grand Place, qui sera en forme de… sapin. Un conte pareil, on voudrait l’inventer qu’on ne pourrait pas.

(et dire que l’incitation à la haine raciale est punie par la loi).

Touchez pas à mes traditions!

Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger pour la caricature.

 

1 Comment

  1. Lucie

    14 novembre 2012 at 3:58

    Merci pour cet article ! J’en avais besoin. Besoin d’entendre autre chose que le accusations faciles et les conclusions hâtives ! Besoin de voir que tout le monde n’a pas perdu la tête. Merci :)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>