Eternity : nouvel album pour Alpha 2.1

Après Infinity, leur premier album, sorti il y a deux ans, les Alpha 2.1 nous reviennent avec un nouvel album : Eternity. Le trio electro-pop bruxellois propose 11 morceaux très dansants. A l’aide de vieilles machines, ils s’inspirent du passé pour en tirer un son des plus modernes.

 

 

L’album s’ouvre sur Eternity, morceau éponyme de l’album. Sons très modernes, clavier et beats plus qu’accrocheurs, il annonce le reste de l’abum. « Je n’ai pas envie de faire comme beaucoup aujourd’hui : enregistrer sur des bandes et avoir un son des années 70. Je préfère en tirer quelque chose d’actuel. Et arrêter avec ces milliers de plug-ins parmi lesquels tout le monde finit toujours par utiliser les mêmes », explique Gaëtan, alias Mister Gee. De fait, les morceaux se suivent et ne ressemblent pas forcément à ce qu’on a l’habitude d’entendre (sans révolutionner le genre non plus). Shut Up ne donne justement pas envie de se taire. Très minimaliste et donc rigoureusement efficace, le morceau fera chanter dans les chaumières. Game Over et ses guitares bien groovy est justement l’occasion de parler de sons dont le rendu est très « jeux vidéo » (notamment à la fin du morceau). « Ce n’est pas faux : il y a du Commodore 64 dans quasi tous les nouveaux  morceaux ! J’ai récupéré des cartes-son que j’ai assemblées dans un kit, qu’on peut ensuite commander comme un synthé. J’aime bien emprunter des éléments cheap à la culture 8bits, et les faire sonner, les détourner de l’usage qu’on en ferait », continue-t-il.

 

 

The Train tranche aussi par des guitares omniprésentes. Il sonne presque un morceau rock indé alors que ce sont les synthés qui frappent dans Danger et Assisted. Des synthés qui reçoivent beaucoup d’attention dans leurs morceaux. « Souvent, je suis sur un de mes synthés, je vois une grille d’accords qui me plaît, et c’est en général ça qui se cristallise », explique Smoozy. Un groupe résolument électro donc mais aussi rock. Tout les trois jouent en live, Lau à la batterie, Gaëtan pour les guitares et Smoozy pour les claviers. Drive nous le rappelle, tant le morceau est sauvage. Aux synthés, ajoutez une voix bien trash et une batterie presque violente, vous avez le meilleur morceau de l’album. Pas moins.  

Number 3 est lui le morceau le plus pop de l’album et a déjà pu se voir concrétiser en clip vidéo. Tout comme I Can See, et assez proche d’ailleurs des morceaux d’artistes tels que Mika, il détonne quand même par des claviers plus intéressants. Tant qu’à faire dans la comparaison, le début de My Eyes ressemble à du Daft Punk… Mais c’est tout le morceau Reaching Divinity qui y fait penser. Divin !

 

 

Le nouvel album des Alpha 2.1 est résolument dans le mélange des genres. Morceaux calmes et morceaux industriels, morceaux pop, électro, voire rock sur les bords, il est d’abord bien de chez nous. « Dans les années 90, je suis passé par des trucs de guitar hero absolument inécoutables, du jazz, Nirvana, de la musique africaine parce que j’habitais Matongé à l’époque. Mes parents avaient un restaurant dans lequel jouait de la musique classique. Et en tant qu’ingé-son, je suis une sorte d’éponge, même inconsciemment », précise Gaëtan.

 

 

Le tout forme une petite bombe de bonne humeur. Ça tombe bien, ils seront le 20 décembre 2012 au Botanique. Si vous ne voyez rien d’autres à faire avant la fin du monde…

Camille Wernaers (article initialement publié sur Nightcode)

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>