Des affiches communistes s’exposent à l’ULB

Quand on dit « communisme« , qu’est-ce qui vient en premier à l’esprit ? Pour les organisateurs de l’exposition « Regard militant sur le XXe siècle. Les affiches communistes en Belgique » (à la salle Allende (ça ne s’invente pas) jusque demain), c’est plus souvent le totalitarisme que cela nous évoque ou que l’on retrouve dans les livres d’Histoire, symbolisé notamment par le goulag et les camps.

 

 

Pourtant, en Belgique comme ailleurs, le communisme a aussi été vécu comme un engagement vers un monde meilleur, pour lesquels des gens se sont battus et ont milité. Des premiers combats pour la protection des travailleurs, jusqu’à la lutte contre le racisme et le fascisme, en passant par la Guerre Froide et l’émancipation des femmes, les principaux centres d’intérêts des communistes belges trouvent leur racine dans l’Histoire du XXème siècle. L’exposition le rappelle, en retraçant cette épopée à l’aide d’affiches, souvent réalisées par des non professionnels.

Ton dominant: le rouge donc.

 

« Le parti qui mènera le pays vers un avenir brillant »

 

 

 

Si certaines affiches font rire, parce que très datées (notamment celles s’adressant aux mères et aux sportifs, datant de l’après-guerre), d’autres sont éminemment actuelles et rappellent les combats pour la défense des travailleurs. L’Histoire, un éternel recommencement ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’affiche est un support qui permet d’être visible dans l’espace public. Très souvent, pour renforcer leur impact, les affiches utilisent des métaphores visuelles, renvoient à des tableaux de peintres connus ou ressemblent comme deux gouttes d’eau à des affiches de cinéma. On y utilise même la figure du bébé fragile ou de la femme en danger.

 

 

 

 

 

 

 

 

Campagne de soutien à Angela Davis, (doctor honoris causa de l’ULB en 2012).

 

 

Surréaliste, ces affiches en hommage à Staline ou à Mao.

 

 

 

 

 

Des campagnes pour le droit à l’avortement ou pour des crèches afin d’aider les mères à retourner au travail ont lieu. La femme reste vue comme une mère, qui s’occupe des enfants et des tâches ménagères.

 

 

 

 

 

 

 

Les affiches proviennent du centre d’histoire et de sociologie des gauches de l’ULB, du centre d’archives communistes de Belgique, du Mundaneum et de l’Ihoes, l’Institut d’histoire ouvrière économique et sociale.

Une expo qui se vit comme un beau voyage dans le temps, assez émouvant quand on pense aux gens derrière les affiches. En sortant de l’exposition, une femme aux beaux cheveux blancs explique « j’ai reconnu au moins une affiche que j’ai faite« . Fort.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>