L’édito du lundi : petite grève deviendra gênante

Nouveauté sur La Pige : chaque lundi, les deux co-rédacteurs en chef analysent et décryptent un fait marquant de la semaine écoulée par un édito et une caricature acerbes. Ne ratez pas cette nouvelle occasion de vous informer. A bientôt ! 

Camille Wernaers et Cédric Dautinger

En Belgique, les études universitaires sont ouvertes à tout le monde… sur le papier. En réalité, à l’ULB, elles sont surtout ouvertes aux plus patients. En cause, un service des inscriptions débordé, depuis l’entrée en vigueur du système Smiley. Si l’année passé, c’étaient des files et des files et des files et des files et des files et des files plus tard que votre dossier était traité, cette année, en plus de files conséquentes, qui en deviennent même légendaires, place à des réponses erronées et des demandes de minerval venant d’on ne sait où, forçant la FGTB à prendre les choses en main.

Sinon, vous pouvez toujours revenir demain. « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. » L’expression est bien connue. A l’ULB, on se charge de lui donner tout son sens.

Le système s’appelle peut-être Smiley mais au sein du personnel de l’ULB, ça fait longtemps qu’on ne rit plus. L’année passé, le problème était plus ou moins le même. Entre octobre 2011 et octobre 2012, n’y a-t-il pas un bon 12 mois pour essayer de voir où était le problème ? S’est-on contenté d’enfouir le dossier? C’est vrai que, c’est bien connu, beaucoup de dossiers se règlent tout seuls, au fond de leur tiroir.

Le système est lent. L.E.N.T. Et il pose des problèmes. P.R.O.B.L.E.M.E.S.

« Ce que l’on veut, c’est que les conditions de travail des gens changent. On ne veut plus voir des collègues en pleurs, des collègues qui pètent un câble car ils sont pressés par un système qui ne leur permet pas de s’exprimer dans leur travail », expliquait Olivier Cornelis (président de la CGSP) à la RTBF, il y a un an. Oubliez Belfius ou Arcelor Mittal, l’ULB c’est pas mal non plus. Résultat logique des courses (dans les files?), début de semaine dernière, le personnel des inscriptions est parti en grève. Le préavis de la grève est illimité. Une grève qui n’est toujours pas terminée aujourd’hui. Pourtant, la fin des inscriptions était prévue pour le 20 octobre. Un terme que les actions étudiantes ont permis de rallonger quelque peu. Tous les étudiants en phase d’inscription seront traités même au delà du 20 octobre. En attendant, les cours ont déjà plus que commencé, le blocus se rapproche même et les étudiants concernés ne savent plus à quelle université se vouer.
Faites des études qu’ils disaient.
A l’ULB, on se contente de préciser qu’on a ouvert les discussions avec le personnel du service des inscriptions. C’est deux ans trop tard.

« Circulez, il n’y a rien à voir« .

« Mais ! Je vais perdre ma place dans la file ?! »

 

 Camille Wernaers pour l’édito et Cédric Dautinger pour la caricature

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>