Hab SoSlI’ Quch! (rhab chochlih rroutch!)

Chers lecteurs Klingons, ne vous offusquez pas. Si La Pige vous parle de Star Trek aujourd’hui, ce n’est pas par hasard mais bien en lien avec l’Union Européenne et son Parlement à Bruxelles. Walter Koening (Pavel Chekov dans Star Trek) était donc de passage ce jeudi 18 dans notre capitale pour une conférence avec Frank De Winne, Andre Kuipers et Andreas Mogensen. Mais nom d’un Dirk Frimout, quel est le lien qui les unit?

 

 

Le lien qui unit la science-fiction pour le divertissement avec la vraie exploration spatiale a été fait par EU40, un lobby européen qui vise à intéresser les moins de quarante ans aux différents domaines abordés par l’Union Européenne, dont les sciences. Un objectif réussi puisque la moitié de l’auditoire (rempli) est composée de jeunes adolescents. Un groupe d’étudiants est d’ailleurs venu de Slovaquie via un concours qu’ils ont remporté haut la main.

 

 

 

En face du public, Walter Koening (commandant Chekov) mais surtout Frank De Winne (premier commandant européen de la station spatiale internationale), l’astronaute néerlandais Andre Kuipers, son jeune homologue danois Andres Mogensen et Anne Glover (qui supervise les sciences au niveau de l’UE). Celle-ci prononce quelques mots en vulcain avant d’avouer que c’est « un rêve d’enfant qui devient réalité aujourd’hui, de voir des scientifiques et un acteur de Star Trek réuni au Parlement Européen« . Un autre de ses rêves serait que ce Parlement ne soit constitué que de scientifiques, ce qui fait tiquer son collègue député: Alvaro (qui s’est lancé dans la politique en suivant le parcours classique du droit).

 

 

 

Alvaro avoue cependant que « si les politiciens ne comprennent pas qu’il faut investir dans les sciences, c’est qu’ils sont stupides« . Il s’emporte un peu en déclarant qu’il souhaiterait faire de l’UE le centre du monde scientifique et quand il déclare que « l’UE n’a pas de gaz, pas de pétrole, notre plus grande richesse est ce que vous avez dans votre tête« .

S’ensuit une inévitable présentation Powerpoint pour démontrer le lien entre une série de fiction et les avancées scientifiques. Au niveau de l’inspiration (les GSM, la visioconférence, les oreillettes, même le Kirkpad qui ressemblait étrangement à l’iPad, hou attention au procès de l’espace), de la motivation donnée aux jeunes au niveau des sciences, des idées encore en développement (le rayon tracteur, l’holodeck, les injecteurs sans piqures) ou encore de certains modèles véhiculés par Star Trek (collaboration entre les races, sens du compromis à la belge, premier baisé entre une femme noire et un homme blanc à la télévision).

 

« Vous ne pourrez pas dire que les eurocrates n’ont pas d’humour!« 

 

L’accent est d’ailleurs mis sur la collaboration entre nations. « Quand je suis devenu médecin pendant la Guerre Froide, jamais je n’aurai cru travailler dans l’espace avec un Russe » confie par exemple Kuipers. L’exemple du LHC (le fameux boson de Higgs) illustre également un but impossible à accomplir sans collaboration internationale. De Winne conclut par: « Les sciences ne sont pas ennuyantes, ma carrière d’ingénieur est vraiment passionnante. On voit deux choses quand on est en orbite: la vulnérabilité de notre planète, la nécessité de trouver des solutions durables et que les frontières sont virtuelles. J’aimerai l’unification de tous les êtres humains dans un but commun pacifique. »

L’objectif de motiver les jeunes présents à choisir une carrière scientifique semble atteint et vient le temps du débat. Les députés pirates commencent par un questionnement sur la réforme du Copyright (ce qui agacera Koening qui se sentira obligé de répondre de manière très paternaliste) alors que d’autres évoqueront la crise économique, l’absence d’argent dans Star Trek, le projet d’envoyer des humains sur Mars. Une scientifique anglaise lance un appel à l’aide au niveau du financement. « Il faut plus d’argent pour les sciences! Les femmes scientifiques de mon âge doivent se reposer sur le salaire de leur mari ou changer de métier… » L’écart de salaire homme-femme s’invite donc dans la discussion. Avant de penser à une égalité et à une collaboration entre les pays et les instituions, il faut une égalité des genres. « Payer différemment un homme et une femme, c’est absurde » avouera Alvaro.

 

Site officiel de l’événement.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>