Des légumes, qui veut des légumes?

Avouons-le : quand on est étudiant, bien manger n’est pas vraiment la priorité. Résultat ? La vie estudiantine est plus proche du « notre savoir se déguste avec sagesse » que du « mangez cinq fruits et légumes par jour« . Un état des lieux que déplore Campus en transition, un nouveau cercle qui s’occupe des questions environnementales. Les étudiants de ce cercle ont lancé un marché hebdomadaire de produits locaux sur l’Aventure Paul Héger. Au programme : mieux penser son alimentation tout en réfléchissant à l’impact de nos achats pour les agriculteurs.

 

 

Adieu frites, hamburgers et pizzas. Désormais, chaque mardi de 16h à 18h30, une partie de l’Avenue Paul Héger se transforme en marché. Les produits viennent d’un agriculteur du Brabant Wallon, qui ne vend que des produits locaux. Si les produits sont un peu plus chers qu’en magasin traditionnel, c’est parce qu’ils proviennent d’une agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé des agriculteurs et des consommateurs. C’est justement pour recréer le débat sur les habitudes alimentaires et sur l’environnement que Campus en transition a fait de ce marché son activité principale. Et l’inauguration a connu un certain succès mardi dernier. Beaucoup d’employés de l’ULB, pas mal d’étudiants et des fruits, des légumes, des œufs, des yaourts, du miel, du fromage qui partent comme des petits… pains. Attraction-phare, on s’en doute : la bière bio.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Il paraît que les pommes ne sont pas chères« , « Je veux goûter une pomme bio !« , « C’est sûr que le marché du midi est plus grand mais c’est beaucoup plus loin« . Les étudiants réagissent plutôt bien et les débats sont brûlants. A côté de ce marché, une autre initiative intéressante. : qu’est-ce qu’on mange au kot? qui interroge la façon dont les étudiants se nourrissent. « Quand j’étais étudiante, il n’y avait pas autant de plats préparés qu’aujourd’hui. Oui, les étudiants mangent mal, il faut leur réexpliquer l’alimentation depuis les bases« , explique Marie-Noëlle Dubus qui propose des cours de cuisine et interpelle les étudiants en cuisinant devant eux et en faisant goûter une tahinade. « C’est très bon » lance une étudiante en souriant, avant de s’inscrire avec sa copine à la séance qui aura lieu Chez Théo le 6 novembre. Une de convaincue, dix de trouvés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A l’occasion de cette inauguration, le campus s’est aussi transformé en salle de concert improvisée. Bières bio, carottes, musique et un soleil radieux. Que demande le peuple estudiantin ? A votre santé !

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus.

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>