Tous les chemins boueux mènent à Dour

Voilà le soleil qui repointe son nez (à moins que ce ne soit le contraire). Alors que le Graspop et Rock Werchter se sont déjà terminés, faisons un (petit) saut dans le temps pour vous présenter Dour. Que reste-t-il à présenter de ce festival mythique en Belgique et sacré meilleur festival au monde (pour les découvertes qu’on y fait) par le site américain Last.fm? Suivez le guide.

 

 

A partir du jeudi 12 juillet jusqu’au dimanche 15 se tiendra la 24ème édition du festival de Dour, en Wallonie. Un rendez-vous immanquable pour tous les amoureux de la musique de Belgique mais aussi des pays voisins. Car comme d’autres festivals belges, Dour sait attirer des foules du monde entier!

Avouons-le, beaucoup de noms de l’affiche de Dour nous sont inconnus. Mais c’est justement la force du festival: proposez des jeunes talents et des artistes plus underground au public. Souvent avec succès. La foule déambule entre les différentes scènes avant de trouver son bonheur et de se fixer à une scène le temps d’un concert (ou pour se réfugier de la pluie) en retenant le nom de « ce groupe qui est franchement pas mal du tout ».

 

 

Pour autant, Dour propose quand même certains grands noms, entre stars internationales, locales ou habitués des festivals de cet été. Et il y en a pour tous les goûts avec: Black Box Revelation, Selah Sue, Franz Ferdinand, Nero, Ministry, Balimurphy, Sexion d’assaut, the Bloody Beetroots, Willow, Sébastien Tellier, Joris Voorn, Atari Teenage Riot, Doom, Bon Iver, Mumbai Science, Busy P ou encore Orelsan.

Malgré cela, Dour ne prend pas la grosse tête. Les prix des tickets restent raisonnables et l’infrastructure rivalise sans problème avec la concurrence. Le festival n’a pas encore succombé aux appels du marketing de masse. A Dour, c’est la musique qui est à la fête, pas les bénéfices potentiels (même si on est sûrs que le festival ne connait pas de perte). Que ce soit au camping ou dans des aménagements plus confortables mais plus onéreux, les festivaliers ont le choix pour se reposer et se restaurer après les concerts. Le choix le plus difficile à Dour est bien de choisir justement quels artistes aller voir. Plusieurs scènes, une affiche éclectique, c’est super sauf quand on est tiraillé entre plusieurs concerts simultanés. Mais le problème concerne aussi le Pukkelpop et maintenant Werchter qui compte trois scènes.

Nos conseils:

-Prévoyez des bottes car la pluie s’invite souvent à Dour et le terrain est très boueux (mais ça fait aussi partie du charme du festival).

-Au contraire, s’il fait beau, n’oubliez pas la crème solaire pour éviter de vous transformer en homard. Surtout si vous êtes tatoué.

-Amenez votre sens de l’organisation, afin de vous y retrouver entre les nombreuses scènes.

-Dour, c’est la fête mais soyez prudents si vous reprenez la route en soirée pour que le festival ne se termine pas tristement.

 

 

La Pige sera présente sur place samedi et dimanche et nous vous réservons d’autres surprises. Bon festival !

Site officiel.

 

Cédric Dautinger et Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>