Panic Button, les réseaux sociaux en question

Ce film présenté en avant-première belge au BIFFF (il est déjà sorti en DVD aux USA) met en scène quatre personnes, vainqueurs d’un jeu sur Internet. Cette victoire leur donne le droit d’embarquer dans un jet privé à direction de New-York, dans lequel de nouvelles questions leur seront proposées. Celui qui y répondra le mieux se verra offrir une grosse somme d’argent.

 

 

Au début plus qu’enthousiastes, les candidats commencent à se douter que quelque chose ne tourne pas rond alors que les questions deviennent de plus en plus personnelles et dérangeantes. Ceux qui dirigent le jeu en savent finalement beaucoup plus que prévu sur eux, notamment sur leur vie sur les réseaux sociaux, les articles qu’ils lisent, les courriels qu’ils envoient, les vidéos qu’ils regardent… Très vite, ce qui était une compétition pour gagner du fric va devenir une compétition pour leur survie et celle de leurs proches.

Le film est souvent décrit comme un mélange de Saw et The Social Network. C’est vrai qu’il y a un peu de Saw dans ces jeux de plus en plus pervers proposés aux candidats, auquel se mêle une réflexion sur ce que l’on fait sur les réseaux sociaux et la manière dont on gère notre vie virtuelle. En se cachant beaucoup derrière un avatar, on se croit à l’abri. Faux nous dit Panic Button.

 

 

Film indépendant britannique à petit budget, sans aucun gros noms sur l’affiche, Panic Button démontre qu’il n’y a pas besoin de beaucoup d’argent pour nous faire frissonner. Presque entièrement filmé dans l’avion, ce huis-clos efficace fait doucement monter la tension pour un final intéressant mais légèrement déjà vu.

 

 

Camille Wernaers

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>