La bière artisanale bruxelloise existe-t-elle encore?

L’association Le Bral plantait ce samedi 3 mars une vingtaine d’arbres fruitiers à la place Fontainas. Et pas n’importe quel fruit puisqu’il s’agit de la traditionnelle griotte schaerbeekoise qui permet de brasser, et oui, de la kriek! La brasserie Cantillon, toute proche, pourra les récolter pour produire de la bière artisanale bruxelloise. En pleine Brassicole de l’ULB, l’occasion est parfaite pour vous faire découvrir deux brasseries typiques de notre capitale, avec visites guidées et dégustations au programme!

Située rue Gheude (et pas gueuze, dommage), la brasserie Cantillon fonctionne comme une machine à remonter le temps. Car la famille Van Roy-Cantillon qui tient l’endroit depuis des décennies y brasse des lambics, gueuzes, faros et krieks avec un savoir-faire séculaire. Lieu de vente de la production locale, l’endroit abrite également le musée bruxellois de la gueuze.

En poussant les portes de cette bâtisse d’Anderlecht (à cinq minutes de la Gare du Midi), on croise donc deux genres de visiteurs. Ceux qui sont là pour se fournir en bières artisanales, au goût bien plus prononcé que les bières industrielles vendues en grandes-surfaces. Et ceux qui viennent découvrir le monde et le patrimoine de la production de bière. Car la production de la brasserie Cantillon est restée figée dans le temps. Les techniques de production, les recettes et la mise en bouteille remontent à la fondation du lieu, en 1900. Une expérimentation originale est même en cours : la fermentation de la bière dans des amphores. Seule « innovation » depuis : le recours aux céréales bios.

Autre brasserie artisanale à Bruxelles: celle de la Senne. Petite nouvelle mais qui se porte bien depuis son ouverture en 2010 par deux jeunes brasseurs bruxellois passionnés : Yvan De Baets et Bernard Leboucq. Installés à Anderlecht, dans un ancien bâtiment industriel, les deux collaborateurs ont pris le pari de ressusciter la bière artisanale de notre capitale. Résultat après plus d’un an de production ? Un véritable succès. Au menu, des bières aux noms évocateurs comme la Zinnebir, la Taras Bulba, le Stouterik, l’Equinox, la Jambe-de-bois, la Saison de la Senne et enfin, la Crianza. Des références au folklore bruxellois et plus encore.

Mais comment mériter le titre de bière artisanale ? En étant produite à l’ancienne, sans filtrage ou pasteurisation et sans additifs. Pour avoir un goût plus prononcé donc et une finition qui va jusqu’à rechercher les ingrédients les plus nobles.

Des visites sont organisées chaque semaine, l’occasion idéale de découvrir la fabrication des bières puis de les déguster (à la Brassicole?). La réponse à notre question est donc unanime: oui la bière artisanale bruxelloise existe toujours et elle se porte bien!

 

http://www.cantillon.be

http://www.brasseriedelasenne.be

 

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>