ULB : nouvelle année académique, nouveau bâtiment

L’Université Libre Bruxelles continue d’avancer dans son plan immobilier de rénovations et de constructions. En 2011 c’est au tour du bâtiment K de faire la fierté de l’université.  A l’allure très moderne, il rejoint le nouveau bâtiment de Solvay qui est sortie de terre en 2010. Visite guidée.

 

 

L’ULB qui compte 24.000 étudiants, n’a pas hésité à investir 6 millions d’Euros, hors TVA, pour la construction du K. Ce dernier comporte un auditoire de 813 places, six salles de séminaires de 60 places, ainsi que différents foyers prévus pour accueillir divers événements.

Même s’il a fallu sacrifier deux terrains de foot… Il faut dire que l’université avait besoin de plus de places pour dispenser les cours à l’ensemble des facultés. En effet, seul l’amphithéâtre Paul-Emile Janson pouvait accueillir plus de 500 étudiants (et ce dernier nécessite des travaux de rénovation).

 

En ce qui concerne les techniques architecturales, l’ULB innove. Vu de l’extérieur, le bâtiment K est sobre avec des angles prononcés et une toiture plate. Cette construction met un accent sur les économies d’énergie. Ainsi, le bâtiment n’est pas doté d’air conditionné. Il est rafraichi par le freecooling nocturne, un système de rafraichissement passif. L’éclairage est aussi pensé de manière à économiser le maximum d’énergie. Il dispose d’une détection d’absence, ce qui évite aux lumières de rester allumées toute la journée alors qu’il n’y a personne dans l’auditoire. En ce qui concerne la gestion de l’eau, les eaux de pluie sont récupérées pour être stockées dans un filtre spécial.

 

 

Outre la question énergétique, l’ULB a fait des efforts considérables en matière de mobilité. En effet, il y a très peu d’accès pour les personnes à mobilité réduite dans les autres bâtiments. Mais dans le K, chaque auditoire ou salle de séminaire dispose d’une entrée pour les personnes en chaises roulantes.

 

Vu comme ça, ce bâtiment semble être parfait dans tous les domaines. Toutefois, certains pourraient lui reprocher d’être froid et plus industriel qu’académique. Des grands espaces vides, le manque de couleurs et des murs en béton font que l’intérieur du bâtiment K ne ressemble à aucun autre sur tout le campus.

Chouette Mwamikazi (photos de Cédric Dautinger)

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>