Le peuple palestinien a aussi droit à l’enseignement

L’ULB est loin d’être calme ces dernières semaines. Et malgré le froid à l’extérieur, un événement avait été organisé devant les portes de la bibliothèque des Sciences Humaines par le comité  BDS-ULB. Une action étonnante qui a rapidement captée l’attention des passants. On pouvait voir (de près) plusieurs personnes, les yeux bandés, assis en position de lecture sur l’avenue Paul Héger. Mais de quoi s’agit-il et qui cet organisateur?

Le BDS-ULB est le comité « Boycott, Désinvestissement et Sanctions », visant plus particulièrement la politique qualifiée de colonisatrice de l’État d’Israël. Il se décrit ainsi: « Le comité BDS-ULB milite pour le respect du droit international et le respect des droits de l’homme, en particulier le droit à l’autodétermination du peuple palestinien, le droit eu retour des réfugiés et pour une paix juste. »

 

 

S’agit-il d’encore enfoncer le clou suite aux récentes et multiples accusations d’antisémitisme à l’encontre de l’ULB (la dernière en date étant celle de la caricature provocante du char de Droit à la Saint V cette année, cf. photo)?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

@Mala_Fides, sur Twitter

Apparemment pas, le débat semble ouvert. En tout cas, une personne n’a pas hésité à hausser la voix pour se faire entendre au milieu de la foule, rassemblée devant la bibliothèque cet après-midi. Il s’agissait de préciser que tous les israéliens ne cautionnaient évidemment pas les problèmes mentionnés.

Dans le cadre de la semaine du droit à l’éducation, l’accent est donc mis sur une problématique méconnue: celle de l’accès aux études du peuple palestinien. Une discrimination au sein d’Israël empêcherait les étudiants palestiniens de suivre un cursus sans difficulté. On nous parle d’universités fermées, d’étudiants refoulés et même de professeurs interdits de passage dans certaines universités au prétexte d’avoir une opinion trop « pro-palestinienne ». Une enseignante de l’ULB serait concernée.

Mais l’action n’est pas terminée. La suite est prévue ce jeudi 24 novembre avec la projection du film « It’s not a gun » sera suivie d’un débat avec des étudiants palestiniens à 18h30 au H2.215. Un débat que l’on espère ouvert à tous, y compris aux opinions des étudiants israéliens.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>