Une circulaire discriminante aux inscriptions de l’ULB ?

Il semblerait que l’ULB n’a pas encore fini de faire parler d’elle dans les médias. On pouvait lire hier matin dans la Libre et le Soir qu’une note interne au service des inscriptions, datant de juin,  demanderait au personnel de l’ULB d’ignorer ou de postposer les demandes provenant d’étudiants hors-UE, les excluant ainsi de l’université pour cette année académique 2011-2012. Lapige.be prend du recul pour analyser l’événement et tente de faire le point. Le Centre pour l’égalité des chances a été saisi, l’ULB aurait-elle fait de la discrimination ?

Gérald Renier, étudiant à l’ULB et délégué FGTB, avait contacté la presse pour dénoncer ce qu’il qualifie de « racisme ». Il nous confie :

« Il y a quelques semaines, nous est tombée entre les mains une circulaire tournant entre le service des inscriptions et  le jury d’admission qui s’occupe des dossiers des étudiants hors-Union Européenne (qui ont des inscriptions particulières pour pouvoir s’inscrire à l’ULB). On connaît le problème informatique qu’il y a eu, avec une surcharge du système. Et tout ce qu’ils ont trouvé pour décharger ce système, c’est de retirer les étudiants hors-UE, des dossiers arrivés bien avant et qui étaient donc normalement prioritaires. En les retirant, ils ont simplement appliqué de la discrimination et nous mettons en avant aujourd’hui cette mesure illégale qui aura des conséquences sociales dont l’ULB est au courant car, quand on lit mot pour mot la circulaire, ils savaient tous très bien qu’en reportant les inscriptions, la plupart des étudiants étrangers n’auraient pas accès au VISA pour venir étudier ici. »

Gérald Renier poursuit en demandant clairement des sanctions envers les responsables de cette circulaire, allant jusqu’à réclamer leurs démissions.

 

Dans un courriel officiel et sur le site ActULB, Didier Viviers et Alain Delchambre, respectivement recteur et président du CA de l’ULB, répondent à ces accusations. « L’ULB n’a pas discriminé les étudiants hors Union européenne », « les dossiers d’admission complets des étudiants ressortissants des pays hors-UE (rentrés avant le 30 avril qui est la date limite d’introduction de ces dossiers) ont été traités en priorité. Seul le traitement des dossiers incomplets a été postposé » peut-on lire, « il est donc faux de dire que l’ULB a voulu discriminer les étudiants hors Union européenne ».

Isabelle Pollet, Responsable du service de communication de l’ULB, ajoute que « la politique de l’ULB est d’être ouverte à l’étranger et nous voulions inscrire un maximum d’étudiants étrangers via le programme Smiley ». C’est en effet l’un des objectifs de départ puisque le nombre de dossiers de ressortissants hors-UE est passé de 3000 à 8100 cette année. Smiley devait donc permettre d’accepter plus de demandes en évitant les envois interminables par courrier de documents et en étant plus transparent via un suivi en ligne. Pour Isabelle Pollet, il s’agit clairement « d’une mauvaise interprétation de la circulaire ».

 

Il semblerait donc que toute la problématique repose sur l’interprétation de la fameuse note. L’annulation du traitement des dossiers des candidats hors-UE ne concernerait que les cas ne pouvant aboutir à une inscription effective cette année académique. Voici les extraits qui font polémique.

 

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>