Rise of the planet of the apes

Je n’avais jamais autant ri devant la bande-annonce d’un film. J’étais même un peu halluciné en le voyant à la télévision, pensant à une mauvaise blague comme la plupart des remakes surfant sur la mode geek du moment (et c’est loin d’être fini). Puis, on m’en dit du bien et les critiques ne furent pas si mauvaises… Qu’en est-il donc de ce fameux Rise of the planet of the apes ?

Des recherches secrètes portant sur un virus visant à, officiellement guérir Alzheimer, officieusement faire gagner beaucoup d’argent à de méchants hommes d’affaire, vont mener à l’étonnante croissance intellectuelle de César le chimpanzé. Will Rodman (un James Franco plutôt effacé) se lie d’amitié avec le singe, qu’il recueille suite à l’abandon momentané des recherches. Mais un séjour en captivité du singe savant va changer le destin de l’humanité, exposant notre cruauté à la révolution grondante de nos cousins à fourrure.

Basé comme un « reboot » de la série des « Planète des singes », le film de Rupert Wyatt tente donc d’expliquer le commencement de la saga, en tout cas à partir du quatrième opus vu les différences scénaristiques flagrantes entre ce Rise of the planet of the apes et l’original de 1968. En effet, le message véhiculé par les films s’inscrit toujours dans les craintes de l’époque concernant nos avancées technologiques. Guerre Froide et bombes atomiques pour le premier, création de virus et maltraitance animale pour ce dernier.

Et le message passe bien, on se surprend même à encourager la révolution des singes, tellement leur traitement est injuste (et puis, le réalisateur a tout prévu en intégrant des singes pour tous les goûts du public, du bonobo au gorille en passant par Maurice l’orang-outang). Cependant, le film n’évite pas les erreurs scientifiques flagrantes et quelques scènes ridicules. Dommage également que les singes soient si mal faits. Avec l’argent dépensé pour ses effets spéciaux ratés, la Fox aurait pu créer des vrais singes intelligents pour le film.

Malgré son trailer qui fait sourire, la surprise est donc plutôt bonne. Il ne s’agit certes pas d’un film qui marquera le cinéma comme l’original mais l’appréhension première laisse place à un sympathique divertissement.

 

 

Site officiel. 

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>