Nouveaux kots à Ixelles : les riverains contre tous

Usine ou village, le projet immobilier visant à construire des kots autour d’un îlot central à proximité du Cimetière d’Ixelles ? Beaucoup se posent la question, entre les avis tranchés des riverains loueurs et des étudiants locataires.

Le projet de la société Patrimmonia prévoit la construction de bâtiments autour d’un îlot central entre l’Avenue de la Couronne et la rue César Frank. En plus de 306 kots, il est prévu d’y construire également sept studios, huit appartements, des bureaux, un garage, des commerces, une crèche et une salle des fêtes souterraine.

En plus de l’emplacement idéal, entre les campus de la Plaine et du Solbosch, ce projet possède d’autres atouts. Les nouveaux bâtiments et l’espace vert remplaceront un site désaffecté et squatté depuis dix ans, la construction sera également basse-énergie et permettra de proposer des charges faibles aux étudiants souhaitant y loger pour un loyer de 375€ par mois selon la presse. De quoi combler le manque de logements étudiants dans le quartier, qui avoisinerait les 12.000 kots selon certaines sources de la presse.

Mais certains riverains voient ce projet d’un mauvais œil. Les travaux, mis en pause depuis, ont commencé avant la mise à l’enquête et la délivrance du permis, prenant le voisinage de court. Les principales inquiétudes liées au projet seraient une arrivée massive de locataires avec son lot de nouvelles nuisances, la hauteur des bâtiments et l’aménagement même de l’îlot. Citons également le manque de places pour se garer, le bruit induit par la salle des fêtes ou l’insécurité. Une pétition contre le projet circule déjà sur internet.

Mais celle-ci est loin de faire l’unanimité et, en réaction, des étudiants de l’ULB ont créé sur Facebook un groupe contre la pétition des riverains. « Je suis tombé trop souvent sur des propriétaires peu scrupuleux qui devraient avoir honte de proposer des kots chers et insalubres et qui s’enrichissent sûrement en toute illégalité sur notre dos. Je suppose que ce sont justement ces propriétaires qui s’opposent à ce Village de l’ULB qui offre enfin des kots de qualité ! » y écrit sa créatrice, Alice Elaerts. Se pose donc une question essentielle : les riverains n’auraient-ils pas aussi peur de perdre le bon filon des kots minuscules et miteux loués à prix d’or ? Ceux-ci parleraient au contraire de financements douteux et de « projet caché »

On peut donc espérer entendre à nouveau parler de ce projet, qui fait déjà couler beaucoup d’encre.

 

 

1 Comment

  1. Baptiste

    2 juin 2011 at 2:08

    Passant tous les jours devant ce fameux terrain, j’opterais plutôt pour usine que village. Il suffit simplement de se rendre sur place, de regarder le terrain dédié à ce projet et s’imaginer plus de 300 kots sur place pour s’en rendre compte. Le mot village est en fait utilisé parce qu’au milieu des bâtiments, il y aurait une parcelle d’herbe de la taille d’un terrain de tennis… Wahou!
    Dans le fond, le projet n’a rien à voir avec l’ULB, ce n’est que celui d’un promoteur immobilier qui a trouvé un moyen de s’en foutre plein les poches en rentabilisant un maximum d’espace (des kots de SEULEMENT 11m2); le tout avec un super prétexte (le manque de logements à l’ULB).
    Le projet est évalué à 13 millions d’€ : à 385€ les 306 kots de 11m2 (sans compter les 15 apparts et la crèche), ça fait déjà, une rentrée d’argent de 1.377.000€ par année. Compte qu’en un peu moins de 10 ans, le projet est archi-rentable.
    Pour conclure, j’invite toutes les personnes se sentant concernées par ce projet à se rendre sur place avant de se positionner pour ou contre, afin d’évaluer la possible implantation d’un tel complexe dans un espace si réduit.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>