L’exquise esquisse

Pendant une semaine, les différentes années de la Faculté d’Architecture Cambre – Horta se sont serrées les coudes pour réaliser l’esquisse commune annuelle. Le Square G a vu se dresser une tente et des constructions étranges en bois. Le chantier prenait fin ce vendredi 8 avril avec un jury final et l’accueil du XIXème bal d’architecture dans ce mélange entre espaces clos et à ciel ouvert. On pouvait entendre les étudiants parler d’une étrange nouvelle commune : ULBeek. Mais de quoi s’agit-il ?

En quoi consiste ce travail peu commun ? Chaque année, tous les étudiants d’architecture de l’ULB sont réunis pendant une semaine pour réaliser un grand projet commun autour d’un thème choisi par les professeurs. Plus qu’un atelier et ses maquettes, il s’agit donc d’unir ses forces pour bâtir en dur. Ça tombe bien, la devise nationale est reprise par le projet ULBeek : « L’union fait la force ».

Hasard du calendrier ou pas, l’esquisse commune se lançait ce premier avril avec un thème original et humoristique. Voici l’introduction de « la mission » des étudiants : « Un nouveau bâtiment est en cours à l’ULB destiné à accueillir la jeune Faculté. Dés septembre 2010, une commission de sages révèle une insuffisance structurelle d’espace de travail au sein des futures installations de la Faculté. Les conclusions du rapport de la dite commission sont claires et sans équivoques. Une vingtaine d’emplacements de travail manquent ! Stupéfaction ! Dans l’urgence, et sous la pression populaire, les institutions Fédérales décident de mettre en place un nouvel arrondissement destiné à répondre aux manquements révélés par la commission des Sages. Ce nouvel arrondissement aura pour nom… ULBeek (B-1001) ».

 

Chaque groupe d’une dizaine d’étudiants de plusieurs années différentes a reçu un petit lotissement sur le square G pour y construire tout d’abord une structure de base en bois à l’aide du matériel de départ, ainsi qu’une enveloppe de 200€ pour ses dépenses. Au final, ces lotissements devaient accueillir des architectes fictifs au profil varié, de l’écologiste tête en l’air à l’angoissé antipathique. Aux étudiants de refléter ces descriptions dans leurs constructions. Un peu comme la cabane du Corbusier, le bâtiment devait pouvoir servir d’atelier mais aussi de salle de repos. Comme dans la vie réelle, il fallait savoir prendre en compte la mitoyenneté entre les édifices et donc respecter les règles mises en place par les professeurs tout en sachant rester flexible et justifier les éventuels écarts au règlement.

 

LaPige.be s’est rendu sur place pour interroger les étudiants. Que représente l’esquisse commune pour eux ?

 

Boudi Nasser : « L’esquisse commune est une grosse semaine où les cinq années sont réunies mais, cette fois, c’est la première fois que le côté Horta et Flagey se réunissent pour participer. Pour La Cambre, c’est la première fois alors que nous faisons ça depuis des années. Ça nous fait plaisir de les accueillir pour leur faire découvrir l’esquisse avec nous. L’esquisse commune est un projet à taille réelle sur un sujet choisi par les anciens de la Faculté pour des groupes d’étudiants réunissant les BA1 jusqu’aux MA2 mais, cette année, ceux de première ne participent pas car ils sont trop nombreux et ceux qui font leur mémoire en MA2 ne sont pas là non plus. On commence à travailler main dans la main et on fait plus ample connaissance entre nous tout en étant cadré par des anciens des deux instituts et des organisateurs. Le tout se conclut par le bal d’architecture qui utilisera les constructions de l’esquisse commune comme décors. Car chaque année, l’équipe de bal, constituée d’étudiants, se chargent des décors de notre bal. On s’éclate à fond en travaillant au soleil. »

 

Anne Verbiese, ex-Horta en MA1 : « Ce qui me semble important cette année, c’est que c’est la première esquisse de la Faculté d’Architecture car on était deux écoles différentes avant. C’est la première occasion de faire quelque chose tous ensemble. Les esquisses communes ont commencé en 1993 et c’est vraiment un projet unique. Pendant une semaine, on oublie les projets personnels et on fait l’esquisse tous ensemble avec un rapport avec notre bal car c’est aussi la semaine de préparation du bal des Architectes. »

Ibtissam Kheddoumi , ex-horta en BA3 : « A la base, c’est plus pour nouer des liens entre les années inférieures et supérieures pour s’entraider plus tard. C’est l’occasion de rencontrer des étudiants de toutes les années, qui peuvent t’aider si tu galères en projet par exemple. »

Benoît Menu, ex-La Cambre en MA1 : « Ce que je trouve intéressant dans l’esquisse commune, c’est qu’il s’agit d’un exercice à l’échelle 1:1 (taille réelle NDLR), ce qu’on ne fait pas d’habitude. On a un autre contact avec la matière, on se rend compte par exemple que monter une structure de base en bois n’est pas si facile que ça. Avec les organisateurs, on s’organise et on se structure. Je trouve ça vraiment super car à La Cambre on ne le faisait pas. »

Un grand merci à Boudi Nasser pour ses photos complémentaires.

Cédric Dautinger

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>